Ledjely.com
Accueil » KISSIDOUGOU : quatre morts dont deux femmes dans un accident de la circulation
Actualités Guinée Forestière Société

KISSIDOUGOU : quatre morts dont deux femmes dans un accident de la circulation

Quatre  personnes dont deux femmes ont perdu la vie dans un accident de la circulation à Kissidougou. Le drame s’est produit dans la soirée de ce  jeudi 24 février 2022, sur la nationale Kissidougou-Faranah. 

C’est un véhicule de marque Peugeot 205 en partance pour la sous-préfecture de Bagna, qui a pris feu avec à son bord six passagers. L’accident s’est produit aux environs de 16h, heure locale, entre Damandou carrefour et Bôrôkôrô, villages situés sur la nationale Kissidougou-Faranah.

Aux dires d’un des responsables du syndicat des transporteurs routiers de Kissidougou, le véhicule accidenté avait pris départ sur la piste de Kissidougou pour se rendre à Bagna, une sous-préfecture de Faranah. « Ce véhicule devrait se rendre à Bagna,  quand il a fait le plein sur la piste, le chauffeur a pris le billet de sortie.  C’est vers 16h qu’un de nos chefs de ligne nous a appelés pour nous informer comme quoi,  la voiture qui vient de quitter sur la piste a fait un accident.  Que c’est entre Damandou carrefour et Bôrôkôrô plat que cet accident a eu lieu. C’est comme ça on s’est transporté sur les lieux du drame », relate Mamoudou Camara.

Parlant du bilan de cet accident, notre interlocuteur parle de quatre morts. « A nôtre arrivée,  on a vu dans ce véhicule 4 personnes complètement calcinées.  Où on ne pouvait même pas les identifier. Il y avait deux hommes et deux femmes. La voiture totalement consumée et seul le chauffeur est sorti vivant.  Le véhicule a pris feu pendant qu’il était en circulation », explique Mamoudou Camara.

A la question de savoir comment les corps ont été gérés? Ce responsable du syndicat note qu’ils ont été inhumés sur place. « Quand on est arrivé sur les lieux,  on a cherché à remettre le véhicule sur les 4 roues. Après on a cherché à faire sortir les corps. Quand on les a exposés,  nous mêmes,  on s’est dit qu’il était impossible de les transporter.  C’est ainsi on est entré en contact avec les autorités communales, préfectorales et judiciaires pour la conduite à tenir.  Donc, on a été instruit de procéder à l’inhumation des corps. Cela, avec l’aide des citoyens de ces villages », témoigne-t-il

Niouma Lazare kamano correspondant régional Guinée forestière pour ledjely.com

Articles Similaires

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : le ton monte entre le ministère public et les avocats de la défense

LEDJELY.COM

Le centre de santé de Senkéfara accède à l’eau potable

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : la détention de capitaine Dadis au cœur de la 2ème journée

LEDJELY.COM

EDUCATION : la rentrée universitaire fixée au 2 novembre

LEDJELY.COM

KANKAN : deux présumés malfrats présentés à la presse

LEDJELY.COM

Quand la Russie drague l’Afrique à visage découvert

LEDJELY.COM
Chargement....