Ledjely.com
Accueil » Après son limogeage, le préfet ‘’coiffeur’’ s’explique
A la uneActualitésGuinéeSociété

Après son limogeage, le préfet ‘’coiffeur’’ s’explique

Soixante-douze heures après son limogeage par le président de la Transition, le lieutenant-le désormais ex-préfet de Siguiri, brise le silence et donne sa version sur son geste qui a fait le tour du monde. Intervenant dans l’émission les GG d’Espace FM, il explique qu’à la base, en décidant de coiffer les lycéens, il ne voulait que renvoyer un message d’éducation.

En décidant de son geste, le vendredi dernier, en marge du lancement des épreuves du baccalauréat, le lieutenant-colonel Douramoudou Keita était loin de se douter que celui-ci causerait son départ de la préfecture de Siguiri. Malheureusement, les vidéos de lui, coupant les cheveux des candidats aux ciseaux ont depuis fait le tour du monde.  Avec une forte dose d’indignation des internautes au passage. Conséquence, dans la soirée de samedi dernier, il a été limogé par le président de la Transition.

Pourtant, c’est en partant du principe que la tignasse du premier candidat n’était pas conforme à l’idée de l’éducation que se fait le colonel Mamadi Doumbouya, qu’il dit avoir agi. « Quand je suis arrivé dans la salle, j’ai vu le jeune assis devant avec sa tignasse et des rastas. J’ai dit au délégué et au secrétaire qui sont venus du ministère que le président tient à l’éducation des enfants », confie-t-il en effet.

Ce serait même de ces interlocuteurs que l’idée de coiffer les gens a germé. « Quand le jeune a entendu ça, il a dit carrément qu’il préfère perdre le Bac et sortir », admet le préfet. Mais ne voulant se résoudre à voir le jeune sacrifier son année scolaire, le préfet dit l’avoir interpellé.  « Tu as pratiquement le même âge que mon premier garçon, alors je ne peux pas te laisser détruire ton avenir. Je dis à partir de maintenant, tu ne dois pas être avec des rastas, comprends-moi. On va enlever ça », tel est le discours que le préfet dit lui avoir tenu alors. Celui-ci aurait alors répondu : « il n’y a pas de problème, Monsieur le préfet ». Et c’est après que « j’ai pris la paire de ciseaux et je l’ai bien coiffé. Après, il s’est retourné dans la salle pour commencer le baccalauréat », relate encore le lieutenant-colonel Keïta. Qui trouve qu’à la différence de ce qui a été dit sur les réseaux, son geste a été plutôt bien accueilli à Siguiri. « Le lendemain, tout le monde s’est fait coiffé à Siguiri car l’acte a été salué par beaucoup de personnes », estime-t-il en effet.

Au sujet même de son limogeage, comme il fallait s’y attendre, il ne fait pas beaucoup de commentaires. « C’est une décision du président et moi je suis prêt à lui servir partout où il m’enverra », a-t-il lâché.

Michel Yaradouno 

Articles Similaires

MEDIAS AWARDS GUINEE 3 : le Commissaire général annonce la bonne nouvelle

LEDJELY.COM

ANIES : Des médias décident de porter plainte contre le DG Dambélé

LEDJELY.COM

DELIVRANCE DE DOCUMENTS OFFICIELS : l’ANLC met en garde ceux qui s’adonnent à la corruption

LEDJELY.COM

MATOTO : un jeune ‘’consommateur de Kush’’ se tue par pendaison

LEDJELY.COM

JUSTICE : les audiences criminelles foraines s’ouvrent à Mandiana

LEDJELY.COM

CONTRE LES VBG : la « masculinité positive » en débat à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....