Ledjely.com
Accueil » CHERTÉ DE LA VIE : les cris de cœur de certains retraités guinéens…
A la uneActualitésGuinéeSociété

CHERTÉ DE LA VIE : les cris de cœur de certains retraités guinéens…

En Guinée, de nombreux fonctionnaires qui ont fait valoir leurs droits à la retraite rencontrent des difficultés liées entre autres au retard de paiement de leurs pensions, au manque de prise en charge sanitaire, mais aussi à la cherté de la vie. Le 24 juin dernier, leurs représentants ont rencontré la ministre de l’Action sociale et de l’Enfance pour exposer leurs préoccupations.

A l’issue du tête-à-tête avec Aissata Daffé, certains sont revenus sur les principales difficultés auxquelles ils sont confrontés, tout en gardant l’espoir que la ministre fera le nécessaire pour l’amélioration de leurs situations.

Mamadou Billo Diallo est parti à la retraite en 2004. Il explique son calvaire. « Notre pension n’est pas améliorée. On augmente pour les salaires des travailleurs, mais pas pour nous. La vie n’est plus ce qu’elle était il y a quelques années. Les maigres pensions que nous avons depuis 2004 ne peuvent plus permettre à quelqu’un de vivre aujourd’hui. Et nous sommes le plus souvent malades. Nous sommes abandonnés », a exprimé cet ancien professeur de Mathématiques, Physique et Chimie qui souligne que les « pensions dérisoires viennent très tardivement ».

Selon lui, des anciens fonctionnaires réunis en association ont élaboré des projets qui n’ont pas été réalisés faute de financement. « Ils ne nous écoutent pas. Sinon, nous sommes une réserve de l’Etat. Avec toutes nos expériences, nous pourrions être utiles. Parce qu’il y en a qui sont capables d’accomplir des choses jusqu’à présent », a-t-il assuré.

Le visage froissé, Ansoumane Soumah, ancien magistrat, est aujourd’hui avocat parce que sa pension ne lui permet pas de se passer du travail, confie-t-il. « Pour des raisons de conscience, j’ai pris ma retraite à la fonction publique. Mais on n’est pas dans les conditions comme dans les autres pays. Je parle des difficultés (le transport, l’alimentation, les conditions de base). Le coût de la vie est cher, avec une inflation galopante et les retraités ne peuvent pas supporter cette situation. Je travaille dans le privé, notamment en tant qu’avocat, pour supporter mes dépenses », a-t-il fait savoir.

Moi, j’ai bien préparé ma retraite »

Louis Lansana Camara, ancien professeur de Chimie, pense que beaucoup ont manqué de vigilance et n’ont pas préparé leur retraite. C’est pourquoi ils se retrouvent aujourd’hui dans des difficultés. « La plupart des gens qui se plaignent, généralement, ils n’ont pas préparé leurs retraites. Moi, j’ai bien préparé ma retraite. À l’heure où je suis, j’ai deux maisons, cours fermées à Conakry. Et pourtant, je n’ai pas fait autre chose que l’enseignement… », se vante-t-il.

Ali Mohamed Nasterlin

Articles Similaires

MATAM : Badra Koné nommé président de la délégation spéciale

LEDJELY.COM

‘’Commandant de régiment’’ : Toumba et Marcel chargent Dadis

LEDJELY.COM

Lutte contre la corruption : Alseny Farinta se défend de faire dans un « acharnement »

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : les confrontations vont-elles tourner en faveur de Moussa Dadis Camara ?

LEDJELY.COM

Bundesliga : Naby Keita et le Werder vers le divorce

LEDJELY.COM

Escalade au Moyen-Orient : un allié de fait aux juntes en Afrique

LEDJELY.COM
Chargement....