Ledjely.com

Accueil » REOUVERTURE DES CLASSES : le casse-tête des parents d’élèves
A la une Actualités Guinée Société

REOUVERTURE DES CLASSES : le casse-tête des parents d’élèves

Dans les conditions normales, les élèves guinéens devraient reprendre le chemin de l’école dans moins d’une semaine. Aussi, même si une date précise n’a pas encore été dévoilée pour la reprise, les parents d’élèves se préparent comme ils peuvent pour cette rentrée. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas la sérénité chez les uns et les autres. La réouverture des classes coïncidant avec une morosité économique palpable, les responsables de ménages ne savent pas où donner de la tête, entre les frais de scolarité systématiquement revus à la hausse, et les fournitures scolaires, elles aussi, devenues inabordables sur le marché.   

Thierno Mamoudou Diallo, commerçant de profession, est préoccupé par la perspective de la réouverture prochaine des classes. Dans la cinquantaine, il a à sa charge 7 écoliers. « Cette année-là est encore pire que la précédente. Les fournitures sont très chères et à cela s’ajoutent les frais d’inscription et de réinsertion qui ont augmenté dans pratiquement toutes les écoles privées ». Il a déjà fait tous les calculs. L’année passée, les frais liés à la scolarité des enfants lui avaient coûté 9.800.000 GNF. Cette année, la facture sera de 14.350.000 GNF.

Mariam Bah, elle, vend des condiments au marché de Nongo-Kiroti, dans la commune de Ratoma. Son mari étant au chômage, c’est à elle qu’il revient de trouver de quoi faire reprendre ses 4 enfants. Coupant la poire en deux, elle décide d’envoyer 2 à l’école publique et les 2 autres dans un établissement privé.  Et pour encore minimiser les coûts, elle a depuis des semaines recherché les anciens uniformes des enfants qu’elle a soigneusement repassés. « Jusqu’au moment où je vous parle, je n’ai encore rien acheté en termes de fournitures ». De fait, les maigres revenus qu’elle tire de son activité, elle les met dans la nourriture de la famille. « Si seulement j’avais la possibilité, j’aurais demandé qu’on reporte la réouverture des classes », avoue Mariam.

Mariama Ciré Diallo

Articles Similaires

EMBALO : « Je n’ai jamais vu le président Sassou triste comme le jour du coup d’Etat en Guinée »

LEDJELY.COM

Le colonel Mamadi Doumbouya au chevet de M’mah Sylla, victime de viol

LEDJELY.COM

RACKETS ET EXTORSION : Mamadi Doumbouya met en garde gendarmes et policiers

LEDJELY.COM

DABOMPA : les vendeuses rechignent à libérer les abords du marché

LEDJELY.COM

TRANSITION EN GUINEE : quelles perspectives pour la Justice ? (1ère partie)

LEDJELY.COM

Journée de la canne blanche : Les aveugles et malvoyants interpellent les usagers de la route  

Ledjely.com
Chargement....