Ledjely.com
Accueil » MATOTO : les employés d’une entreprise dénoncent leurs conditions de vie et de travail
Actualités Société

MATOTO : les employés d’une entreprise dénoncent leurs conditions de vie et de travail

Ce lundi 15 novembre 2021, les employés de l’entreprise KKT Royal, sise dans la commune de Matoto, ont battu le pavé pour dénoncer ce qu’il considère comme une marginalisation de la part des responsables de la société, spécialisée dans la fabrication de bonbons et de savon. Pour ce faire,  ils se sont rendus chez le maire de la commune Mamadouba Tos Camara, pour lui soumettre leurs revendications. Ils ont organisé leur contestation sous le slogan « l’ouvrier n’est pas un outil; ensemble pour une condition salariale améliorée ».

Le porte-parole du groupe a dévoilé les revendications des protestataires, l’amélioration des conditions salariales. « Pour un départ, nous avions réclamé que les embauchés soient payés à 90 000 francs par jour et les journaliers permanents, c’est-à-dire les travailleurs temporaires, à hauteur de 60 000 francs par jour. Chose qui n’a pas été acceptée (…) Quand les syndicats ont été à la direction pour valider cette proposition, les responsables ont dit qu’ils ne sont pas pour l’application de cette demande. Finalement, l’affaire a été portée au niveau de l’inspection du travail, où il leur a été défini ce qu’il fallait faire en terme d’augmentation pour les travailleurs. Ils sont tombés d’accord sur une hausse de 15% que nous avons évaluée et acceptée », a-t-il expliqué.

Mais au-delà des questions salariales, les employés de la société dénoncent aussi leurs conditions de travail. « Nous travaillons de 9h jusqu’à 20h. Et certains de 9h jusqu’à 21h. Chose que le code du travail guinéen n’a pas prévu. Nous savons tous que le code du travail, à l’instar de l’international, dit qu’il faut 8h de travail par jour. Les autres heures que nous travaillons, méritent d’être réénumérées comme des heures supplémentaires. Soit à la fin de chaque deux semaines, soit à la fin du mois. Chose qui n’a pas été faite », a fustigé Mamadouba Bangoura qui s’exprimait au nom du collectif des travailleurs de KKT Royal.

Pour finir, il a informé le maire de Matoto que cela fait trois jours que les travailleurs ont adressé une lettre de revendication aux responsables de la société, dont le recrutement de certains contractuels. « Nous avons demandé aussi l’engagement au niveau de l’entreprise à titre d’embauchés de tous ceux qui ont rendu service à l’entreprise pendant deux ans. Parce que le Code du travail oblige dans le secteur privé que si l’employé n’est pas apte pour faire un travail, de le libérer au bout de six mois. Mais si tu le gardes, après, cela veut dire qu’il est apte à faire ton travail. Nous demandons également l’assistance maladie pour ceux qui travaillent pour la société (…) Ce sont des produits chimiques que nous utilisons qui font que les gens tombent malades (…) les Noirs qui sont employés ici devraient être traités comme les Pakistanais qui sont employés », a insisté le porte-parole.

Après avoir écouté les revendications du groupe, Mamadouba Tos Camara, a annoncé que la « section syndicale [des travailleurs] va se joindre à la mairie (…) Nous allons prendre toutes les dispositions utiles pour que vos revendications soient sur la table, avec vos responsables, pour qu’on puisse les discuter point par point (…) On va essayer de confronter les deux esprits, et trouver une solution utile à tout le monde », a-t-il rassuré.

Balla Yombouno 

Articles Similaires

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : le ton monte entre le ministère public et les avocats de la défense

LEDJELY.COM

Le centre de santé de Senkéfara accède à l’eau potable

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : la détention de capitaine Dadis au cœur de la 2ème journée

LEDJELY.COM

EDUCATION : la rentrée universitaire fixée au 2 novembre

LEDJELY.COM

KANKAN : deux présumés malfrats présentés à la presse

LEDJELY.COM

Quand la Russie drague l’Afrique à visage découvert

LEDJELY.COM
Chargement....