Ledjely.com
Accueil » Devant la CRIEF, l’ancien directeur de la Caisse nationale de prévoyance sociale et des agents de l’État donne sa version des faits
A la une Guinée Justice

Devant la CRIEF, l’ancien directeur de la Caisse nationale de prévoyance sociale et des agents de l’État donne sa version des faits

L’ex-patron de la Caisse nationale de prévoyance sociale et des agents de l’État (CNPSAE) et son informaticien, tous poursuivis pour des faits présumés d’un détournement pourtant sur un montant de 1 milliard 277 millions 726 milles 940 francs guineens. Un montant destiné à 1 178 pensionnés. Ils ont comparu ce mercredi 29 juin 2022, devant la Chambre du jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

A la barre, Dr Fodé Cissé a déclaré qu’il a transféré la somme incriminée à N’Zérékoré pour des fins de vérification. « L’argent n’est pas détourné, nous l’avons delocalisé dans la zone de N’Zérékoré pour des fins de vérification. Parcequ’au moment où l’argent était dans le circuit à Conakry, il y avait trop de bruits. J’ai choisi N’Zérékoré parceque j’ai confiance au chef d’agence qui est là-bas. Je ne pouvais pas garder l’argent à Conakry », s’est-il justifié, expliquant qu’il était aussi menacé.

A la question de la partie civile de savoir pourquoi il n’a pas démissionné s’il se sentait réellement menacé, Fodé Cissé a répondu  : « Quand on aime son pays, on prend un certain risque. Quand on m’a interpellé, je leur ai fait savoir que l’argent était au trésor de N’Zérékoré. Chose qui leur a été confirmée par le directeur de l’agence de N’Zérékoré. Ils ont fait sortir les photos de mes bâtiments pour me demander comment j’ai fait pour avoir tout ça. Je leur ai répondu que je ne peux quand même pas construire tous ces bâtiments en 4 mois de fonction que j’ai passé à la tête de la CNPSAE. J’ai fait 15 jours de garde à vue. Quand on m’a libéré, ils m’ont dit de ne dire ni à ma femme ni à un autre que je ne vais pas au travail, de venir à la gendarmerie chaque jour ».

Mais pour Julien Tambada Tolno, avocat de la partie civile, c’est leur droit de penser que ce sont des innocents. « Il appartiendra à la cour de se prononcer. Nous, en tant que l’État, nous avons porté l’affaire devant la cour pour qu’elle se détermine. En ce qui nous concerne, c’est qu’il y a assez de problèmes sur la chaîne budgétaire dans ce pays. Il y a des difficultés au niveau de la delocalisation de ces fonds, il y a des difficultés au niveau des services informatiques, il y a des incohérences au niveau des 29 agences de la caisse de prévoyance sociale partout dans le pays. Donc, il ya des sérieux problèmes qu’il va falloir dénicher à l’intérieur du pays qui ont été payés et qui sont partis dans les poches de hauts cadres », a-t-il assuré.

La déclaration du prévenu concernant la somme incriminée a été confirmée par le procureur spécial de la CRIEF, qui a indiqué que le montant incriminé est bel et bien sur le compte du trésor à N’Zérékoré, et ne sortira du compte que sur décision de justice.

A la barre l’informaticien aussi a rejeté les faits qui lui sont reprochés, en disant qu’il a agi sur instructions de son patron. « J’ai reçu les instructions de mon directeur qui m’a demandé de traiter le fichier, de corriger toutes les erreurs qui sont sur la liste. Il m’a dit qu’il envoyait l’argent à N’Zérékoré pour des fins de vérification. Moi-même je lui avais proposé l’agence de Matam », s’est défendu Fodé Sirakahata Bangoura.

« Nos clients sont innocents »

Gbana Emmanuel Damba, avocat de la défense clame l’innocence des accusés. « Nos clients sont innocents. C’est une cabale judiciaire qui a été montée de toutes pièces contre eux. Le ministère public qui poursuit nos clients a confirmé que les fonds qui sont mis en causes existent bel et bien. Dans le jargon judiciaire quand on parle de détournement de deniers publics, c’est que vous avez utilisé ces deniers publics à des fins autres que ceux pour lesquels le montant ou les fonds étaient destinés. Par exemple les fonds étaient destinés à l’achat d’un véhicule de fonction, vous prenez ce montant, vous construisez des villas. Malheureusement dans notre cas le ministère public reconnaît que les fonds existent. Le montant en cause a été transféré sur un compte du trésor public à N’Zérékoré, les montants ne sont pas logés sur un compte personnel de nos clients, c’est pour vous dire effectivement qu’il n’y a pas eu détournement de deniers, ils sont effectivement innocents ».

Balla Yombouno

Articles Similaires

La BIG finance la production de 3 000 smartphones de la marque Kunfabo

LEDJELY.COM

Mory Condé assure ne pas vouloir « taire toutes les voix discordantes »

LEDJELY.COM

GUINEE : de nouvelles atteintes aux libertés d’expression et d’association

LEDJELY.COM

OFFICE NATIONAL DU TOURISME : Laye junior Condé dans le viseur de la CRIEF

LEDJELY.COM

ABOUBACAR BIRO SOUMAH : « Le FNDC continuera d’exister »

LEDJELY.COM

Pour Francis Haba, la dissolution du FNDC « n’est pas fondée »

LEDJELY.COM
Chargement....