Ledjely.com
Accueil » BILAN : Ansa Diawara brosse un tableau « positif » de l’éducation
A la une Actualités Education Guinée

BILAN : Ansa Diawara brosse un tableau « positif » de l’éducation

Le secteur éducatif est l’un des défis majeurs de la Guinée. Rendue déliquescente depuis des années, l’éducation guinéenne est perçue comme inopérante. Caractérisé par un fort désengagement de l’Etat au profit d’un secteur privé évoluant dans une certaine anarchie, elle est en outre marquée par une corruption qui fait que le mérite n’y a plus sa place. Ce tableau sombre, le CNRD et se gouvernement promettent de le redorer.  Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing fait en particulier valoir un certain volontarisme. Et en ce 5 septembre, date anniversaire de l’avènement du CNRD au pouvoir, il importe de savoir si la dynamique permet d’espérer ? A en croire Mohamed Ansa Diawara, directeur du service de l’Information, Documentation et Archives, par ailleurs porte-parole du ministère, la réponse est naturellement oui.

Après sa nomination, la première tâche à laquelle Guillaume Hawing s’est attelé « c’est le diagnostic », à en croire Ansa Diawara. Un état des lieux en deux étapes. D’abord, dans les pays voisins afin de s’inspirer des choses qui marchent chez eux. Ensuite, en Guinée et à l’intérieur du pays en particulier pour toucher du doigt l’état des infrastructures scolaires. Cette première étape aura incité « quelques partenaires à s’engager à ce que l’école puisse avoir de plus en plus de contenus », note le porte-parole du ministère. Conséquence, beaucoup d’écoles seraient en rénovation. De même, qu’il y aurait des projets de construction de nouveaux établissements. Le colonel Mamadi Doumbouya s’étant engagé à offrir 1000 salles de classe supplémentaires.

Par ailleurs, au titre des actes qui auront été posés en cette première année de la Transition, on a le concours du « mérite et d’éloquence » dans les écoles publiques, pour promouvoir l’excellence. Compétition à l’issue de laquelle « enseignants et élèves ont été primés et des lauréats récompensés ».

Mais incontestablement, c’est autour des examens de fin d’année qu’il y a eu les innovations dont le ministère demeure le plus fier. « Au nombre de ces innovations –inspirées par le déplacement dans les pays voisins – il faut citer l’internat des cadres devant choisir et finaliser les épreuves, mais la prestation de serment sur les livres saints (Coran et Bible). Ce qui nous a permis de moraliser nos examens et de faire en sorte que les valeurs intrinsèques soient connues », rappelle le responsable du service communication du département.

Une rigueur qui n’est pas restée sans conséquences. Au baccalauréat par exemple, seulement 9% des candidats ont été admis. Une situation qu’Ansa Diawara explique par le fait que cette année, « il n’y a eu aucun repêchage. La moyenne 10 a été la moyenne déterminée à tous les niveaux (CEE, BEPC et baccalauréat unique). Et ces résultats ont permis de mettre à nu beaucoup de nos faiblesses que nous nous évertuons à transformer aujourd’hui positivement afin conférer à notre école le niveau que nous souhaitons ».

Perspectives

En termes de perspectives pour l’année scolaire qui pointe, le ministère de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation compte « implémenter l’enseignement de la langue anglaise dans nos écoles primaires ». Pour la phase pilote, 25 écoles sont déjà sélectionnées, assure encore le porte-parole. De même, au cours de cette même, devrait se poursuivre, le travail de « révision des programmes d’enseignement en vigueur ».

Une autre innovation ? C’est bien la récente décision du ministre Guillaume Hawing relative au plafonnement des frais d’inscription et de réinscription dans les écoles privées. Une décision qui suscite la colère des fondateurs des écoles privées. « Ce sont des gens mal intentionnés qui créent des problèmes et la polémique. Autrement, le plafonnement des frais d’inscription c’est pour baisser le fardeau des parents d’élèves », leur répond Ansa Diawara.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

BURKINA FASO : le capitaine Ibrahima Traoré a-t-il trop tôt crié victoire ?

LEDJELY.COM

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM
Chargement....