Ledjely.com

Accueil » KANKAN/CONFLIT DOMANIAL A TINTIOULEN : les versions des chefs de secteurs divergent
Actualités Haute-Guinée Société

KANKAN/CONFLIT DOMANIAL A TINTIOULEN : les versions des chefs de secteurs divergent

Des habitants des villages de Bako-Fadou et de Dabola, tous relevant de la commune rurale de Tintioulen dans la préfecture de Kankan, se sont affrontés dans la matinée du mardi 1er juin 2021, faisant plusieurs cas de blessés dans les deux camps. Quarante-huit heures après ces violences, les chefs des deux secteurs se sont confiés au Djely, à travers son correspondant dans la région.

C’est le chef de secteur de Dabola qui s’est prêté à l’exercice en premier. Dans sa longue narration, Laye Nounfodé Kourouma a donné sa version des faits. « Depuis longtemps, ce litige existe entre nos deux villages. Il y a deux ans, tous les villages qui nous entourent ont été invités pour dire la vérité dans ce problème. Les sages présents ce jour-là ont sans contrainte dit que le lieu nous appartenait et nos frères de Fadou avaient accepté de ne plus revenir revendiquer. Quelques temps après, on a entendu les bruits qu’ils n’étaient pas d’accord de la médiation et continuaient à dire partout que l’endroit litigieux est pour eux. Nous avons toutes les preuves. Et c’est pourquoi cette fois-ci, nous avons décidé de cultiver là-bas. Quand ils ont appris que nous allions là-bas et ils se sont dirigés vers nous. Ils ont dit beaucoup de choses sur les lieux mais j’ai demandé à mes citoyens de continuer et de ne pas répondre. C’est quand leurs femmes ont commencé les injures grossières que chacun s’est fâché et ça a donné ce que tout le monde a vu. On nous a provoqué, et sur les nerfs je n’ai pas pu retenir mes citoyens », s’est-il défendu.

Bien qu’il reconnaisse qu’il y ait eu une tentative de médiation, le chef secteur de Fadou a balayé d’un revers de la main les explications de son homologue. Pour lui, les choses sont pourtant claires. « L’endroit litigieux abritait notre village. C’est là-bas que nos aïeux ont passé leur vie et l’endroit s’appelait Solokoudou. Quand les médiateurs sont partis, ils ont tous dit que c’est pour nous. Mais puisqu’un jeune avait déjà fait quelque chose là-bas, ils ont plaidé à ce que nos envoyés acceptent qu’on leur prêtent le domaine pour cette saison seulement. Se croyant forts de leur appui, ils veulent s’accaparer de l’endroit. Mais nous n’accepterons pas cela. Jusqu’à la limite de nos forces, nous allons nous battre », a déclaré pour sa part Mamady Komah.

Quant aux autorités communales, elles restent statiques et ne comptent pas s’y mêler. Réagissant à la question de savoir ce qu’il compte faire pour trouver une issue à ce conflit, le maire de la commune rurale de Tintioulen a simplement demandé aux autorités judiciaires de trancher en disant la vérité. Une attitude qui fait beaucoup de bruit dans la localité. Le maire et le sous-préfet sont-ils complices d’un camp ? Pourquoi deux camps adverses sont déclarés propriétaires du domaine conflictuel à travers des décisions judiciaires ? Ce sont quelques unes des questions que l’on se pose sur place.

Affaire à suivre…

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com 

Articles Similaires

GUINEE : au-delà de la religion, que peuvent apporter les intellectuels arabophones ?

LEDJELY.COM

Secteur culturel: ce que ses acteurs attendent du CNRD

Ledjely.com

Guinée : la junte au pouvoir annonce que l’ancien président ne va pas sortir du pays

Ledjely.com

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com

FAUSSE COUCHE : cette douleur atroce que les victimes endurent en silence

LEDJELY.COM
Chargement....