Ledjely.com
Accueil » RACKET ET POINTS DE CONTROLE A KANKAN : le commandant de la gendarmerie routière apporte des précisions
ActualitésHaute-GuinéeSécuritéSociété

RACKET ET POINTS DE CONTROLE A KANKAN : le commandant de la gendarmerie routière apporte des précisions

Depuis la décision prise par les autorités du pays supprimant la totalité des barrages interurbains, quelques incidents sont signalés entre agents des forces de sécurité postés pour le contrôle des papiers des engins et les populations de la région de Kankan. Le dernier cas remonte à lundi dernier où un pick-up de la gendarmerie a failli être brûlé dans le district de Lefarani sur la nationale Kankan-Kouroussa, rapporte le correspondant du Djely en Haute-Guinée.

Face à la recrudescence des incidents et des accusations de citoyens sur les agents de forces de défense et de sécurité qui continueraient à les arrêter et à leur retirer de l’argent, malgré la suppression officielle des barrages, le commandant de la gendarmerie routière de Kankan apporte quelques précisions. « Il faut que les gens fassent la différence entre les barrages et les postes de contrôle. Actuellement, ce sont les postes de contrôle qui sont érigés au niveau des sorties, il n’y a pas de cordes mais les gendarmes s’arrêtent pour vérifier les pièces des engins. Quand vous arrivez, ils vous demandent juste les papiers et si vous avez tous ceux-ci, ils vous laissent passer, mais les gens ont peur des agents et c’est pourquoi, dès qu’ils arrivent, ils veulent fuir et à force de le faire, le pire pourrait arriver », met en garde Alfred Akoï Bavogui.

Réagissant aux nombreuses plaintes des citoyens au niveau de ces postes de contrôle, il précise que ses agents ne sont pas sur le terrain pour se faire de l’argent. « Il y a les postes de contrôle sur toute l’étendue du territoire national et c’est normal. Quand ils vous demandent de l’argent, venez nous voir et nous prendrons des dispositions urgentes », assure le commandant.

Les barrages sont officiellement supprimés mais nombreux sont les citoyens qui crient à l’anarque au niveau des postes de contrôle.

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

Mamaya: l’occasion de bonnes affaires pour les groupements féminins

LEDJELY.COM

TPI de Kaloum : Ibrahima Tawel Camara et Djènè Diaby condamnés à 8 mois d’emprisonnement assortis de 7 mois de sursis

LEDJELY.COM

Mamaya de Kankan – Kania Soli : le sentiment d’une mission accomplie, la perspective de duplication dans chaque région…

LEDJELY.COM

Education : Naby Keïta s’engage avec l’UNICEF pour la promotion des droits de l’enfant

LEDJELY.COM

Ibrahima Tawel Camara : « Nous ignorions qu’on était retransmis par Guineematin »

LEDJELY.COM

Youssouf Konaté, sage de Kankan : « S’il y a entente entre Peuls et Malinkés, … »

LEDJELY.COM
Chargement....