Ledjely.com
Accueil » “36 mois, c’est peu”, selon Kéamou Bogola Haba
ActualitésGuinéePolitique

« 36 mois, c’est peu », selon Kéamou Bogola Haba

Alors que les 36 mois que vient d’adopter le CNT symbolisent aux yeux certains une transition qui perdure, Kéamou Bogola Haba, ancien porte-parole de l’ANAD, devenu désormais président du Front national pour la défense de la Transition (FNDT), trouve au contraire, que cette période pourrait ne pas suffire.  

Cette nouvelle grille de lecture de la part du président d’honneur du parti UGDD s’apparente à un virage spectaculaire auquel le pays est coutumier de la part de sa classe politique. En effet, le même Kéamou Bogola Haba, à l’époque porte-parole de l’ANAD, était de ceux qui avaient proposé une durée de la Transition n’excédant pas 15 mois. C’était alors dans le cadre des premières concertations sollicitées par le président de la Transition, juste au lendemain du coup d’Etat du 5 septembre 2021.

Mais quand les confrères de l’émission ‘’On refait le monde’’ de Djoma TV lui rappellent justement le décalage entre ces deux prises de position, il argue qu’entre temps les hypothèses ont évolué. « La première hypothèse qui a changé, c’est celle de la constitution », dit-il. En effet, selon lui, si en septembre dernier, lui et ses camarades avaient proposé une période de 15 mois, c’était parce que l’hypothèse de base était qu’on reconduirait tout simplement la constitution de 2010. Or, désormais, soutient-il, « l’hypothèse qui est retenue, c’est de réécrire une nouvelle constitution ».

Quant à la deuxième hypothèse, elle a trait au fichier électoral. Le postulat qui prévalait en septembre dernier, selon lui, était que les prochaines élections seraient organisées sur la base du fichier électoral de 5.300.000 électeurs. Or, là aussi, désormais, dit Kéamou Bogola Haba, « l’ensemble des autres a proposé qu’on aille avec un fichier sorti du recensement général de la population et celui administratif à vocation d’état civil. Faire une interface entre ces deux fichiers et en tirer le fichier électoral. Je crois que c’est cette hypothèse qui est retenue ».

Il se trouve, selon le tout nouveau président du FNDT, « le minimum pour faire ce travail, c’est trois ans, plus la dernière année qui sera consacrée aux élections. Donc, c’est naturellement 4 ans si nous partons avec ces dernières hypothèses ».

D’ailleurs, redevenu adversaire de ses camarades d’hier, Kéamou Bogola Haba les invite au début sur le contenu de la Transition et non sur la durée.  « Au lieu de manipuler l’opinion en disant que 4 ans, c’est trop ou que 2 ans c’est peu, nous voulons que nous nous consacrions au fond en lieu et place de la forme », suggère-t-il.

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

AN 1 DU CNT : le président de l’Assemblée législative du Burkina Faso répond à l’invitation de la Guinée

LEDJELY.COM

Justice : hommage à l’ancien ministre Me Bassirou Barry

LEDJELY.COM

Matoto : Mamadouba Tos et Morissanda Kouyaté participent à la journée de l’assainissement

LEDJELY.COM

Kindia : le colonel Doumbouya s’invite à l’assainissement de la ville

LEDJELY.COM

Culture : vers la construction d’une école de danse en Guinée

LEDJELY.COM

Circulation routière : le CNRD déclare la guerre aux encombrants physiques

LEDJELY.COM
Chargement....