Ledjely.com
Accueil » CONTRE LES VBG : la « masculinité positive » en débat à Conakry
A la uneActualitésGuinéeSociété

CONTRE LES VBG : la « masculinité positive » en débat à Conakry

Le Haut-Commissariat du Système des Nations unies, à travers ses volontaires, a organisé ce mercredi 7 décembre 2022, la première concertation des Hommes sur la masculinité positive pour mettre fin aux violences contre les femmes et les filles en Guinée. La cérémonie d’ouverture a connu la présence du président du Conseil national de la transition, de responsables d’ONG de défense des droits de l’homme et de religieux.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles que pilote le ministère de la Promotion féminine, de l’Enfance et des Personnes vulnérables. La masculinité positive, ce concept relativement nouveau en Guinée, vise à faire participer les hommes « activement » et à mettre en avant « le leadership des hommes en faveur de la protection et de la promotion des droits de la femme mais également de l’égalité des genres entre homme et femme », a soutenu Patrice Vahard, le représentant résident du Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme. L’objectif, dit-il, est « d’avoir des garçons et des hommes capables de changer d’attitude et de comportement pour servir d’exemple et dire NON à la violence comme forme d’expression avec la femme ».

Pour sa part, Moussa Yéro Bah, présidente de l’ONG Femme développement et droits humains (F2DH), a mis à profit le panel auquel elle a pris part pour dénoncer le « laxisme » dans l’application des textes de loi en matière de violation des droits de la femme. Elle souhaite par ailleurs que « les hommes de lèvent qu’ils regardent de façon positive ce combat parce que ce ne n’est pas que le combat des femmes », dit-elle.

Dans la lutte contre les violences basées le genre (VBG), les religions sont souvent accusées de favoriser ou de laisser faire les abus contre les femmes. Il n’en est rien, martèle El Hadj Mamadou Saliou Camara, le grand imam de la Mosquée Fayçal de Conakry. « Nous devons respecter la femme et lui donner la valeur qu’il faut. Même au sein des animaux, ils respectent les femelles. Et la femme doit aussi se respecter. C’est pourquoi elle a besoin d’une éducation de base pour lui faire connaître sa valeur », dit le religieux. L’imam pense néanmoins aussi que dans la lutte contre les violences faites aux femmes et à propos du phénomène de viol en particulier, les « discours ne suffisent plus », mais qu’il faut appliquer les « sanctions » prévues par les lois.

Justement, s’agissant des textes de loi, le président Conseil national de la Transition (CNT), Dr Dansa Kourouma a rassuré que son institution prendra toutes les mesures nécessaires notamment « soumettre dans la rédaction de la nouvelle constitution des amendements et autres lois qui devront être proposées » pour renforcer la parité entre hommes et femmes dans le pays, mais aussi « mettre des principes et des règles intangibles » pour la protection du genre.

N’Famoussa Siby 

Articles Similaires

Mesures à propos des EPA, ce qu’il faut retenir

LEDJELY.COM

Education : les enseignants contractuels menacent d’aller en grève

LEDJELY.COM

Blaise Goumou demande à être libéré

LEDJELY.COM

Guinée : les membres statutaires accentuent la pression sur le CONOR

LEDJELY.COM

Urgent: le FNDC projette une manifestation le 16 février

LEDJELY.COM

Siguiri : un accident de la route coûte la vie à deux personnes

LEDJELY.COM
Chargement....