Ledjely.com
Accueil » RTG : le conflit passe à la vitesse supérieure
A la uneActualitésGuinéeMédias

RTG : le conflit passe à la vitesse supérieure

Si jusqu’ici, elle demeurait quelque peu latente, désormais la crise qui oppose nos confrères de la Radiodiffusion télévision guinéenne (RTG) à la ministre de l’Information et de la Communication, Aminata Kaba, est clairement ouverte. Aucune des parties n’entendant céder, cela se réglera sûrement au rapport de force. Surtout après la brutalité qui a été réservée ce vendredi 19 mai aux journalistes partis protester dans l’enceinte du ministère, à Kaloum.

La ministre de l’Information et de la Communication n’entend manifestement pas lever la suspension de Fana Soumah et de Adama Mohamed Keïta, respectivement directeur général de la RTG et rédacteur en chef de la Télévision nationale. Or, en face, cette revendication reste non négociable. Mais au-delà, le bras de fer a certainement franchi un pas supplémentaire ce vendredi. Nouveau pallier symbolisé par l’agression que les journalistes de la RTG qui se sont rendus ce vendredi dans les locaux du ministère ont, subie.

Mais la vitesse supérieure s’incarne aussi dans les actions posées par les journalistes de la RTG. En effet, ces derniers qui en ont visiblement marre de la résistance que leur oppose la ministre, n’ont pas servi le journal Le 13 heures. De même, de manière unilatérale, ils ont décidé de décrocher le nouveau logo de la RTG, symbole de la ministre. En lieu et place, ils ont ramené l’ancien. Par ailleurs, la grande édition du journal du 20h30 s’est réduit à trois éléments dont le compte-rendu du conseil des ministres par le porte-parole du gouvernement, diffusé in extenso. Et pour marteler le caractère assumé de la protestation, la présentatrice a conclu l’édition en ces termes : « Mesdames et Messieurs, cette édition se limite-là. C’est un service minimum que la télévision nationale vous a offert, en raison de la grève déclenchée par le syndicat et l’ensemble des travailleurs de la RTG ».

Les protagonistes ne sont donc plus masqués. De part et d’autre, on agit à visage découvert. Et le premier ministre ou le président de la Transition, arbitres ultimes de ce bras-de-fer, ne peuvent plus faire comme si de rien n’était. L’un ou l’autre devra nécessairement trancher. En tout cas, au regard des postures respectives que les protagonistes adoptent actuellement. Or, si on en reste là, la probabilité pour que les journalistes de la RTG l’emportent est très grande. Car unis comme ils le sont, il sera difficile de leur tenir tête. Mais si Aminata Kaba devait partir à la suite de cette crise et surtout après les exigences de nos confrères, cela pourrait passer pour un premier revers d’envergure pour le colonel Mamadi Doumbouya. Un précédent que d’autres pourraient être tentés d’exploiter. C’est dire que le choix ne sera guère évident. Mais il faudra pourtant en faire un.

Ledjely.com

Articles Similaires

Tabaski : le bilan révèle trois morts

LEDJELY.COM

Mamaya: l’occasion de bonnes affaires pour les groupements féminins

LEDJELY.COM

TPI de Kaloum : Ibrahima Tawel Camara et Djènè Diaby condamnés à 8 mois d’emprisonnement assortis de 7 mois de sursis

LEDJELY.COM

Mamaya de Kankan – Kania Soli : le sentiment d’une mission accomplie, la perspective de duplication dans chaque région…

LEDJELY.COM

Education : Naby Keïta s’engage avec l’UNICEF pour la promotion des droits de l’enfant

LEDJELY.COM

Ibrahima Tawel Camara : « Nous ignorions qu’on était retransmis par Guineematin »

LEDJELY.COM
Chargement....