Ledjely.com
Accueil » Kankan : les femmes exigent le retour d’Alpha Condé
A la uneGuinéeHaute-GuinéePolitique

Kankan : les femmes exigent le retour d’Alpha Condé

D’une certaine façon, les villes de Kankan et Siguiri ont participé à la manifestation des Forces vives de ce mercredi 24 mai 2023. Certes les revendications n’étaient absolument en rapport avec la ligne édictée par les Forces vives, mais les femmes sont notamment descendues dans les rues de Kankan pour exiger le retour d’Alpha Condé. Au-delà, ils ont dénoncé la cherté de la vie et le non-respect des engagements pris par les nouvelles autorités. Du rond-point Komarala-loisirs en passant par celui de M’Balia via le marché, jusqu’au marché Dibida, elles ont crié leur ras-le-bol.

Évincé du pouvoir le 5 septembre 2021, le président Alpha Condé demeure décidément encore dans le cœur de ses militants et sympathisants. C’est ainsi que ce 24 mai 2023, plusieurs dizaines de femmes de la commune urbaine de Kankan étaient dans les rues pour réclamer son retour. Avec des pancartes en mains, elles ont aussi mis en avant les difficultés notamment économiques auxquelles les Guinéens sont confrontés aujourd’hui. « Nous sommes sorties pour faire part de nos souffrances. Nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Sous le magistère d’Alpha Condé, la souffrance n’avait pas atteint ce niveau. On nous a tenu assez de promesses mais malheureusement, on ne voit rien. Nos enfants ont fini leurs études, mais restent sans emploi. Ils sont avec nous, alors que sous Alpha Condé, ce n’était pas le cas, beaucoup se débrouillaient », a lancé Noumagbé Doumbouya, une d’entre elles.

M’mawa Kaba était également au milieu de cette manifestation. Elle a invité les Guinéens à se mobiliser pour le retour du président Alpha Condé : « c’est le moment pour chacun de se lever pour demander le retour d’Alpha Condé. Nos enfants sont obligés de sortir pour se lancer dans le désert et la Méditerranée pour sortir de la souffrance. Nos maris ne peuvent plus répondre aux besoins d’époux tellement que la souffrance a atteint son paroxysme. Le marché est assez cher ».

Ces mêmes slogans hostiles aux autorités en place étaient scandés à Siguiri où, là aussi, des dizaines de femmes sont sorties dans les rues. De ce côté, les manifestantes n’ont pas hésité à dénoncer ouvertement l’illégalité du colonel Mamadi Doumbouya.

Dans les deux villes, les manifestations ont pris fin sans aucun acte de vandalisme. De même, les services de l’ordre n’étaient pas intervenus. Ce qui tranche avec l’impressionnant dispositif mobilisé le long de la route le Prince, à Conakry.

Michel Yaradouno Kankan pour ledjely.com

Articles Similaires

Paradoxe CNRD : Un an de plus pour soi, zéro jour de plus pour les conseils communaux

LEDJELY.COM

Kankan : les bandits s’en prennent à un nouveau kiosque de transfert d’argent

LEDJELY.COM

Administration du territoire : Kissidougou accueille son 5ème préfet sous le CNRD

LEDJELY.COM

La Zakat : quel en est le bondement, à combien de kilos équivaut-elle et à qui la donner ?

LEDJELY.COM

Primature : les enseignants contractuels reçus par Bah Oury

LEDJELY.COM

Kourémalé : infertile, elle tente de voler un bébé et se fait arrêter

LEDJELY.COM
Chargement....