Ledjely.com
Accueil » AFROBASKET : Ismaël Dioubaté explique les mésaventures récentes de Cédric Mansaré et Cie
A la uneActualitésEconomieGuinéeSport & CultureSports

AFROBASKET : Ismaël Dioubaté explique les mésaventures récentes de Cédric Mansaré et Cie

On en a parlé il y a quelques semaines. L’équipe guinéenne de basketball a failli ne pas prendre part à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) à Kigali où elle s’est pourtant bien comportée. En cause, les difficultés pour les joueurs et leurs encadreurs d’obtenir de la part des autorités guinéennes le prix de leurs billets, mais aussi leurs primes. On avait alors évoqué une lourdeur dans le traitement du dossier, consécutive aux instructions du président de la République relatives au contrôle rigoureux de toutes les procédures devant déboucher sur des décaissements de fonds. Sauf qu’il n’en serait rien, selon le ministre du Budget. En marge d’un point de presse qu’il a animé ce samedi 4 septembre autour de la Loi des finances rectificative qui vient d’être adoptée, Ismaël Dioubaté a expliqué les mésaventures de l’équipe guinéenne de basket par le fait que, selon lui, le ministère des Sports a soumis tardivement le dossier en question. Encore que ce ministère ne serait pas le seul à se rendre coupable de cette attitude consistant à attendre au tout dernier moment pour soumettre un dossier de décaissement de ressources.

 La délégation du Comité national paralympique et sportif (CNPS) de Guinée qui séjourne actuellement à Tokyo ayant elle aussi été confrontée aux mêmes problèmes, il a semblé à certains que l’Etat manifestait ainsi son désintérêt pour les activités sportives. D’autant que le Syli national, en se rendant plus tôt dans la semaine à Nouakchott pour y affronter la Guinée Bissau, n’avait pas non plus reçu les primes. Pourtant, « il y n’y a aucune difficulté dans le déplacement des sportifs », assure le ministre du Budget. Il y a plutôt, explique Ismaël Dioubaté, une « question globale de planification ». Et il n’y pas qu’au ministère des Sports que cette question se pose. « En Guinée, on attend à la dernière minute pour dire (que) les gens doivent partir demain (et que) c’est urgent », dit-il

Sauf que selon lui, cela ne devrait pas. Car, rappelle-t-il, « les dates des compétitions sont connues, les listes techniques sont connues ». Conséquence, il s’interroge : pourquoi attendre une semaine ou deux jours pour venir (exiger) qu’il faut payer les billets. Pourquoi ne pas envoyer un mois à l’avance pour que les dispositions soient prises et qu’on fasse les réservations pour faire voyager les gens » ? Avant de conclure : « C’est de cela qu’il s’agit”.

Balla Yombouno 

Articles Similaires

Gabon : l’expérience de Dr Dansa Kourouma sollicitée pour l’élaboration de la nouvelle constitution

LEDJELY.COM

Kankan : plus de 12 000 candidats passent le bac

LEDJELY.COM

Matam : le général Amara Camara lance les premières épreuves du BAC

LEDJELY.COM

Baccalauréat : Bah Oury donne le coup d’envoi à Labé

LEDJELY.COM

Fermeture des média : le droit à l’information et au travail violé

LEDJELY.COM

Culture : l’artiste Mory Djely est mort à Paris à 56 ans

LEDJELY.COM
Chargement....