Ledjely.com
Accueil » Surpeuplement de la maison centrale : ce plaidoyer d’Etienne Soropogui, ancien détenu
Actualités Guinée Justice Société

Surpeuplement de la maison centrale : ce plaidoyer d’Etienne Soropogui, ancien détenu

Fraichement sorti de prison en compagnie de plusieurs autres détenus politiques qui ont bénéficié des largesses des nouvelles autorités du pays, le président du mouvement « nos valeurs communes » a été frappé au cours de son séjour carcéral par le surpeuplement de cette maison de détention. Une situation assez pénible pour les détenus qui s’entachent par dizaines dans des cales où l’hygiène n’est pas au rendez-vous.

L’ancien commissaire à la CENI garde encore des souvenirs de son passage à la maison centrale de Conakry. La plus grande maison d’arrêt du pays est selon lui surpeuplée et les droits de l’Homme ne sont par conséquent pas totalement respectés. C’est pourquoi, il plaide pour la construction d’une nouvelle prison afin de désengorger celle de Coronthie. «  Aujourd’hui, c’est évident on a besoin de construire une  nouvelle prison pour notre pays. La maison centrale est plus que surpeuplée, vous avez des cales où on peut retrouver soixante voir soixante-dix personnes avec une seule toilette ; d’autres n’en n’ont pas. Dans certaines salles, les gens se couchent comme s’ils étaient dans une boite de sardine. Pour le respect des droits de l’Homme et les engagements internationaux que nous avons pris, nous devons faire des efforts pour aider les détenus même si certains d’entre eux sont en conflit avec la loi. Dans nos cultures populaires, on dit souvent que celui qui construit une prison ira en prison mais, ce n’est pas toujours vérifié. Pour preuve Alpha Condé n’en a pas construit mais il y a séjourné. Avoir une nouvelle prison s’inscrit dans le cadre du respect des droits des détenus mais aussi de l’amélioration de leur bienêtre », a-t-il plaidé au micro de nos confrères d’Espace TV.

Etienne Soropogui, ancien détenu politique

Cette sortie  médiatique ne fait que confirmer les rapports de plusieurs ONG de défense des droits de l’Homme qui ont dénoncé le surpeuplement de la maison centrale de Conakry. Construite en 1930 par les colons français, la maison d’arrêt avait à l’origine une capacité d’accueil de 300 personnes. A date, elle héberge près de 1.500 prisonniers selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

TMBB, ledjely.com

Articles Similaires

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM

TARAMBALY : le maire plaide pour une commune qui manque de tout

LEDJELY.COM
Chargement....