Ledjely.com
Accueil » Kassory, Diané et Cie en prison : le tour de vis inattendu mais pas insoupçonné (Mognouma).
ActualitésEconomieGuinéePolitique

Kassory, Diané et Cie en prison : le tour de vis inattendu mais pas insoupçonné (Mognouma).

Trois jours seulement ont suffi aux enquêteurs de la gendarmerie, puis au procureur de la CRIEF, à la suite de va-et-vient harassants auxquels les accusés ont été soumis, pour que le travail de ces « fouineurs », dont la méthode rappelle des pratiques anciennes avec des procédés jugés non innocents, trouvent     des éléments d’accusation nécessaires afin d’écrouer des anciens grands dignitaires du régime d’Alpha Condé.  Il s’agit de l’ancien Premier Ministre, Kassory Fofana et les anciens ministres, Dr Mohamed Diané, Oyé Guilavogui et Zakaria Koulibaly.

Qui l’eut cru ? Quel vilain retour de la manivelle ! Quelle leçon de vie ?  Des expressions pas suffisamment appuyées pour décrire la situation actuelle.
Incontestablement, ces apparatchiks du pouvoir déchu ne pouvaient s’imaginer un tel sort, même si cela devait être décidé par le pire adversaire dont ils s’étaient fait une caricature dans leur imagination.

Il a donc fallu l’arrivée des militaires au pouvoir, qui ont prétexté leur coup de force par leur gestion jugée calamiteuse du pays, pour que ce qu’ils croyaient ne jamais arriver, puisse arriver.
Le fameux principe qui est de préférer l’ordre à la loi et qui a été la solution jugée efficace par le régime d’Alpha Condé pour venir à bout des manifestations contre son pouvoir, a surement inspiré les militaires, pour la survie d’un pouvoir qui peine à rassurer.

L’organisation de la convention du RPG et le discours au ton caustique, qui sonnaient comme une défiance   a dû précipiter un destin longtemps différé depuis le coup d’Etat. Il y en a alors forcément dans le groupe, des gens qui ont subi les dommages collatéraux de la relance des activités du parti. Ceux-ci en voudront à jamais à cette obsession de redynamisation inopportune du navire jaune, du moins pour le moment.

A cet effet, il est difficile de ne pas parler d’une réaction qui vise à rappeler à l’ordre des dirigeants d’un parti qui semblaient   se donner assez de   liberté, de la part d’une junte souvent très réceptive aux échos de   la clameur publique d’une opinion émotive, pas souvent objective, et en permanence dans le règlement de compte.
Il est alors évident qu’on ne peut empêcher la propagation d’opinions qui parlent d’une décision judiciaire dictée par une volonté politique visant à éteindre un parti. Surtout quand c’est seulement les têtes de pont de ce parti qui doivent payer pour le combat légitime de moralisation de la vie publique.
Cependant, quand on a eu des responsabilités d’un tel niveau sous la gouvernance d’Alpha Condé accablée de toutes parts, il est difficile pour ceux qui crient à un acharnement d’être audibles. Mais pourtant, insistent-ils !

Le procès prévu pour le 11 avril, nous en édifiera.

Mognouma Cissé

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM

Kenien-Hafia : le supplice des usagers

LEDJELY.COM
Chargement....