Ledjely.com

Accueil » TABASKI :  le prix du bétail grimpe sur le marché à l’approche de la fête
A la une Actualités Religion Société

TABASKI :  le prix du bétail grimpe sur le marché à l’approche de la fête

A quelques jours de la fête de Tabaski ou encore l’Aïd el-Kébir, le prix du bétail est monté en flèche dans les lieux de vente à l’intérieur du pays ainsi qu’à Conakry. Il s’agit de l’une des fêtes les plus importantes pour les musulmans du monde. A cette occasion, des ovins sont abattus en guise de sacrifice. Pour cette année, un bélier autrefois vendu autour de 1 500 francs se négocie entre 2 500 000 et 3 000 000 francs, selon diverses sources. 

Vendeurs comme acheteurs, chacun se plaint de son côté. Alpha Mamou Barry est un vendeur de moutons à Entag Sud, dans la commune de Matoto. Selon lui, les raisons de l’augmentation du prix du bétail sont liées à plusieurs facteurs. « Nous partons très loin dans différents villages pour acheter les animaux. Je ne sais pour quel motif mais ceux avec qui on achète ce bétail, ont aussi augmenté le prix. L’année dernière, on achetait un mouton entre 400 000 et 500 000 francs guinéens pour le revendre à Conakry à 1 000 000 voire 1 300 000 francs. Mais cette année j’ai acheté un petit bélier à 800 000, le gros à 1 500 000 francsguinéens. En plus la route est quasi impraticable surtout en cette saison hivernale, donc si nous achetons beaucoup de moutons, certains risquent de mourir avant même d’arriver à destination. Le prix de la location du véhicule pour leur transport aussi est cher. Donc, avec tout ce que je viens de dire s’il faut qu’on s’en sorte, on doit augmenter le prix de chaque bête », a-t-il expliqué.

Étonné de cette hausse du prix, Elhadj Hassane Dramé se demande comment accomplir le sacrifice avec ces prix exorbitants. « D’habitude, j’achetais six béliers pour mes frères et moi. Par exemple la dernière fête de Tabski, avec 7 000 000 de francs, j’avais pu avoir le nombre que je voulais. Mais cette année, honnêtement, je ne pense pas pouvoir acheter six béliers parce que je viens d’apprendre que pour avoir un bélier digne de ce nom il faut au minimum 3 millions de francs. Donc,  je ne sais quoi faire », se lamente le notable.

A cette allure, il faut dire que l’augmentation du prix du bétail est une situation qui inquiète beaucoup de fidèles musulmans qui souhaitent accomplir la sounna en sacrifiant des bêtes.

Mariama Ciré Diallo

Articles Similaires

« Pourquoi ils nous ont violées… », une victime témoigne à visage découvert

LEDJELY.COM

SIGUIRI : un détenu se donne la mort par pendaison

LEDJELY.COM

REOUVERTURE DES CLASSES : le casse-tête des parents d’élèves

LEDJELY.COM

GUINEE : le Président, le fils prodige et la chute inattendue

LEDJELY.COM

CARBURANT : la baisse ne se répercute pas encore sur le transport

LEDJELY.COM

GUINEE : Douze ans après le massacre du stade, encore plus d’incertitude pour la justice suivant le récent coup d’État

LEDJELY.COM
Chargement....