Ledjely.com
Accueil » Elle mendie pour tenter de sauver son enfant, atteint d’une tumeur !
A la uneActualitésHumanitaireSociété

Elle mendie pour tenter de sauver son enfant, atteint d’une tumeur !

Il y a quelques années, elle était loin de s’imaginer en train d’arpenter les rues de Conakry à la quête de petits billets, donnés par des « personnes de bonne volonté ». Mais quand son époux est décédé, Aïssatou Diallo n’a pas eu d’autre choix que de quitter son village. Remariée à un homme âgé  au chômage, elle mit au monde, quelques mois plus tard, un enfant atteint d’une tumeur à la paupière gauche. N’ayant pas beaucoup d’options, la jeune mère de famille s’est tournée vers la mendicité, en espérant  mobiliser l’argent nécessaire à l’opération de son garçon.

Aïssatou Diallo est une jeune femme mendiante qui passe ses journées à tendre les mains aux passants au carrefour de Nongo, non loin du stade Général Lansans Conté, dans la commune de Ratoma. Rencontrée par Ledjely.com, elle a confié que c’est  la maladie de son enfant de deux ans qui l’a poussée à être mendiante.

Depuis sa naissance, en effet, Boubacar Barry est atteint d’une tumeur à la paupières gauche. Ce qui l’empêche de dormir, tout comme sa mère, Aïssatou Diallo. Celle-ci est allée consulter plusieurs hôpitaux. « Mon fils est né avec cette tumeur. Quand j’ai accouché, j’ai remarqué que ses yeux n’avaient pas la même taille. Quelques mois après, ça a commencé à m’inquiéter », raconte-t-elle, avant de préciser avoir fait consulter l’enfant par plusieurs médecins qui lui ont parlé d’examens coûteux. « Les premiers examens demandés coûtent près de 5 millions de francs guinéen », explique Aïssatou Diallo qui souligne ne pas avoir ce montant.

Pour essayer de trouver les cinq millions demandés pour les premiers examens, cette épouse d’un vieil homme au chômage s’est lancée dans la mendicité. Mais déjà, elle est consciente que réunir cette somme de sera pas facile dans la mendicité. C’est pourquoi elle lance un appel aux « personnes de bonne volonté » pour l’aider à sauver son petit garçon. « Quand j’ai perdu mon premier époux, un homme âgé m’a remariée. C’est seulement Boubacar que j’ai eu avec lui. Il m’aide autant qu’il peut mais vu qu’il ne travaille pas, ce n’est pas facile. Je n’ai aucune famille ici. Ils sont tous au village », confie-t-elle.

Et d’ajouter : « Je ne pense pas que l’argent que je gagne en mendiant suffira pour sauver mon fils. Pourtant, je ne peux pas le jeter. Je demande de l’aide à tous ceux qui peuvent faire quelque chose pour sauver mon petit garçon ».

Ce montant de cinq millions est particulièrement important pour Aïssatou Diallo. Car il lui permettra de financer les premiers examens de son fils. Après quoi elle pourrait savoir si le petit Boubacar doit être opéré ici en Guinée ou si son cas nécessite une évacuation à l’étranger.

Asmaou Diallo

Articles Similaires

Conakry : Salifou Camara Super V rejoint sa dernière demeure

LEDJELY.COM

Urgent : Joe Biden annonce le retrait de sa candidature et soutient Kamala Harris

LEDJELY.COM

Marc Yombouno ironise : « On refuse Alpha Condé, on félicite Paul Kagamé »

LEDJELY.COM

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM
Chargement....