Ledjely.com
Accueil » Dr. Ousmane Kaba s’explique sur son audition à la gendarmerie
ActualitésEconomiePolitique

Dr. Ousmane Kaba s’explique sur son audition à la gendarmerie

Ce mardi 12 avril, le président du PADES a passé environ deux heures en audition à la Direction centrale des investigations judiciaires. A la suite de cette audition, Dr. Ousmane Kaba, s’exprimant via son compte Facebook, a dévoilé les motifs de son interpellation. Mais au détour des explications qu’il a fournies, il se pose des questions. Il se demande notamment s’il n’est pas victime d’un complot.

De manière plutôt structurée, Dr. Ousmane Kaba donne les raisons de son séjour à la Direction des investigations judiciaires de la gendarmerie nationale.

1er motif : des chèque émis au nom du Comité d’audit de 2010

A ce sujet, voici ce qu’écrit le leader du PADES : « J’ai été interpellé pour la première fois à la Radio FIM FM par Akoumba Diallo, un journaliste investigateur pourtant talentueux et expérimenté sur 4 chèques que je n’ai pas signés. Vous avez bien lu. M’interpeller à la radio sur des chèques que je n’ai même pas signés. Du jamais vu ! Plus absurde encore, j’ai été convoqué à la Police judiciaire pour ces chèques signés en août 2010 alors j’avais démissionné du fameux Comité d’Audit, lorsque fût créé notre premier parti PLUS, quatre mois plutôt. Tous les investigateurs étaient gênés et le dossier fût abandonné ».

2ème motif : le cas des étudiants supposés fictifs

A chaque fois que le nom de Dr. Ousmane Kaba a été évoqué ces dernières années, ce sujet est revenu dans les débats. Fondateur de l’université privée Kofi Annan de Guinée, il est souvent soupçonné d’avoir profité de l’orientation des bacheliers de l’Etat, en gonflant l’effectif de ces derniers notamment. Et manifestement, il commence à en être agacé. « Le lundi 11 avril je fus convoqué à la Police judiciaire de la Gendarmerie autour du thème des soi-disant étudiants fictifs de l’Université. D’abord pourquoi Kofi Annan et non les 30 autres universités privées de la Guinée ? Il n’est même pas possible d’avoir des fictifs. Voici pourquoi : par exemple lorsque le gouvernement envoyait 6000 étudiants dans les Universités Privées, chaque étudiant s’inscrivait dans l’Université de son choix afin de maintenir la concurrence entre celles-ci Après la période d’inscription, ce sont les délégués du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) qui viennent identifier chaque étudiant dans la classe. A l’issue de ce processus, ils font des contrats sur le nombre et le montant qu’ils proposent à la signature des Universités », écrit-il en effet. D’autant qu’il pense en outre que la convocation dont il a fait l’objet est le fruit d’une campagne de diffamation qui a été lancée contre lui par ceux « qui pensent que je suis responsable de la lutte anticorruption actuelle ».

En tout cas, sur le cas présumé des étudiants fictifs, il fait remarquer que « durant les 11 années du système de bourse [2006-2017), Kofi Annan a reçu en moyenne 1260 étudiants par an. 5 ans après l’arrêt du système des étudiants boursiers, Kofi Annan se porte mieux puisque nous avons inscrit cette année 2021-22. 2267 étudiants en 1ère Année. Pour une université de qualité il n’y a pas de différence car soit l’Etat paye (bourse) ou alors le parent paye ». Et selon lui, après les explications et les documents, « les enquêteurs ont bien compris ».

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

« Je suis heureuse de recevoir ce vaccin contre la COVID-19 », Agnès, 14 ans

LEDJELY.COM

Transition : « Guinéens, j’implore notre responsabilité à tous »

LEDJELY.COM

Guinée : de l’importance de la protection des données à caractère personnel

LEDJELY.COM

Accident ferroviaire : le train de la compagnie Rusal déraille au niveau de Kaporo-rails

LEDJELY.COM

Le Pont unique de Tanènè : à date, tous les grands travaux sont bouclés

LEDJELY.COM

Foniké Menguè et Billo Bah : Amnesty International appelle à leur libération « immédiate »

LEDJELY.COM
Chargement....