Ledjely.com
Accueil » BUS UNIVERSITAIRES : les inquiétudes de la Fédération des élèves et étudiants de Guinée
ActualitésEnseignement supérieurGuinéeSociété

BUS UNIVERSITAIRES : les inquiétudes de la Fédération des élèves et étudiants de Guinée

Le gouvernement guinéen, à travers le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, vient de mettre en circulation 25 bus pour le transport des étudiants : 11 bus pour le Grand Conakry, 13 pour l’intérieur pays et 1 bus en stationnement. Une initiative hautement saluée par les étudiants. Mais la Fédération des élèves et étudiants de Guinée relève, de son côté, quelques problèmes liés à la mise en circulation de ces bus.

Les bus estampillés ‘’Univ Bus’’ ont effectivement commencé à circuler lundi dernier dans le Grand Conakry, au niveau des universités publiques. « C’est avec un sentiment mitigé », a déclaré Kabinet Keita secrétaire général de la FEEG interrogé par Ledjely.com.

Ce sentiment de joie qui a découlé de la mise en circulation de ces bus, chez certains étudiants, est, cependant, très mesuré. La Fédération des élèves et étudiants de Guinée relève des problèmes. « Malgré notre enthousiasme, nous relevons quelques problématiques liées à l’opérationnalisation de ces bus. D’abord, le coût, 3 500 GNF par étudiant est certes supportable, mais à quoi servirait ce montant perçu par le ministère de l’Enseignement supérieur? Est-ce uniquement dédié à l’entretien des bus ? Les chauffeurs seront-ils payés à partir des 3 500 GNF ? Nous souhaitons qu’il y ait plus de transparence dans la gestion des fonds engrangés par le trafic de ces engins », déclare-t-il d’un côté.

De l’autre côté, l’inquiétude de la FEEG, selon Kabinet Keïta, « est relative à la capacité d’accueil de ces bus qui est nettement, voire numériquement inférieure par rapport au nombre des étudiants, qui sont plus de 50 000 dans le Grand Conakry. Or ces 11 bus ne peuvent transporter que 330 étudiants. Ce chiffre ne ferait même pas l’affaire d’une seule classe de l’université de Sonfonia ». Et de s’interroger : « Paradoxe n’est-ce pas ? »

Poursuivant, le secrétaire général de la FEEG soutient : « Nous ne voulons pas que ces 25 bus soient un leurre et une situation conjoncturelle, donc une fausse solution à un vrai problème, non ! Il faut absolument aller au-delà pour nous satisfaire véritablement ».

Par ailleurs, la structure estudiantine propose quelques recommandations aux autorités du ministère de l’Enseignement supérieur pour une longévité de ces engins. Il s’agit de « la création d’une entité autonome de gestion des bus, un entretien régulier du moteur et la création d’un comité mixte de suivi et évaluation technique des bus ».

Selon M. Keïta, la mise en circulation de bus pour les étudiants guinéens « a toujours figuré parmi les principales revendications des organisations estudiantines, notamment celles de la Fédération des élèves et étudiants de Guinée ».

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM

Kenien-Hafia : le supplice des usagers

LEDJELY.COM

Contexte socio-économique : l’opérateur économique, Mohamed Kourouma, donne son avis

LEDJELY.COM

Insolite : le domicile du préfet de Kouroussa envahi par les abeilles

LEDJELY.COM

Ousmane Gaoual Diallo : « Ce n’est pas une élection qui peut développer un pays »

LEDJELY.COM

Foniké Mengue et de Billo Bah : le Haut-Commissariat aux Droits de l’homme appelle à les libérer

LEDJELY.COM
Chargement....