Ledjely.com
Accueil » PLAINTE CONTRE DOUMBOUYA : la justice française est-elle compétente ?
A la une Actualités Guinée Justice Monde

PLAINTE CONTRE DOUMBOUYA : la justice française est-elle compétente ?

D’après nos confrères de Jeune Afrique, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) a engagé une plainte contre le président de la Transition, devant la justice française. Le mouvement anti troisième mandat accuse le président du CNRD des faits de « complicité d’homicide et de torture », commis en marge des manifestations politiques des 28 et 29 juillet et du 17 août 2022. Mais le sort que la justice pourrait réserver à cette plainte n’est si évident.

La plainte du FNDC contre le président de la Transition pourrait-elle être prise en compte par la justice française ? Quel effet risque-t-elle d’avoir pour le tombeur d’Alpha Condé ? Pour répondre à ces questions, un reporter du Djely a contacté Dr Abdoulaye Sylla, juriste en droit international

Enseignant à l’Université de Sonfonia, il tient tout d’abord à faire remarquer que la compétence d’une juridiction peut être établie suivant deux critères. D’abord, dit-il, il y a la compétence territoriale qui est appliquée lorsque les faits se sont passés sur un territoire donné. « C’est-à-dire les juridictions installées sur ce territoire sont compétentes pour connaître l’affaire qui s’est passée sur leur territoire. Donc sur ce point, les juridictions guinéennes sont encore mieux indiquées » pour gérer l’affaire, explique Dr. Abdoulaye Sylla.

La compétence juridictionnelle peut aussi s’appliquer suivant la nationalité.  Dans ce cas, on parle aussi de la « compétence personnelle ». Sur la base ce critère, s’il est établi que le colonel Mamadi Doumbouya a la nationalité française, cette compétence-là pourrait donner le droit à la justice française de prendre en charge la plainte du FNDC. Encore qu’il y a une nuance même à ce niveau. « En droit international public, il y a un débat concernant les binationaux où la cour internationale de justice est allée jusqu’à établir un distinguo entre la nationalité effective et la nationalité de complaisance », précise l’universitaire.

Aliou Nasta

Articles Similaires

BURKINA FASO : le capitaine Ibrahima Traoré a-t-il trop tôt crié victoire ?

LEDJELY.COM

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM
Chargement....