Ledjely.com
Accueil » L’ancien bâtonnier écrit au ministre Charles Wright
ActualitésGuinéeJusticeTribune

L’ancien bâtonnier écrit au ministre Charles Wright

Cher monsieur le Garde des Sceaux, ministre de la justice et des droits de l’homme, nous sommes au regret de vous notifier que nous ne souscrivons nullement à votre déclaration qui est la suivante: «  Si c’est pour l’application de la loi que je dois « incendier » la Guinée, elle sera incendiée par l’application rigoureuse de la loi ».

Non Monsieur le ministre !

Sachez qu’une loi est élaborée par les mandataires du peuple pour une meilleure gestion de la cité. Et, ce, afin que les habitants puissent y vivre dans la cohésion, l’entente et la paix sociale.

Elle est donc élaborée dans l’intérêt exclusif de la Cité et de ses composantes et non contre leurs intérêts. En conséquence, lorsque cette loi élaborée ne correspond pas ou ne répond pas aux aspirations du peuple et à la constitution, elle est purement et simplement abrogée d’où la nécessité absolue et l’utilité d’une Cour Constitutionnelle à l’effet, de vérifier la conformité ou la non conformité d’une loi par rapport à la Constitution qui est la norme supérieure.

Veuillez donc retenir monsieur le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’homme, qu’il n’est nullement dans vos attributions d’appliquer une loi si tenté qu’elle ne soit pas conforme à l’intérêt de la Guinée dont vous manifestez la volonté « d’incendier» , par l’application de ladite loi!

C’est l’occasion donc de vous rappeler que la loi est élaborée par les personnes mandatées par le peuple et pour le peuple. Et que lorsque l’application d’une loi peut mettre en périls le pays, celle-ci ne pourra nullement s’appliquer car le contexte ne le permet pas. En effet, l’application d’un texte qu’elle que soit son utilité dépend absolument de son contexte.

En conséquence, lorsque l’application d’un texte se heurte à un contexte défavorable ce texte ne saurait s’appliquer. Et, ce, par le souci absolu de préserver l’Ordre Public.

Et de surcroît faudra – t- il que la conformité ou la non conformité de cette loi dont l’application risque « d’incendier » la Guinée soit soumise à la Chambre Constitutionnelle de la Cour Suprême.

Maître Amadou Thidiane Kaba

Avocat d’Affaires et Pénaliste International au Barreau de Guinée 🇬🇳 et la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye (Pays – Bas)

Président du Comité pour la Promotion de la Justice Pénale Internationale

Ancien Bâtonnier de l’ordre des Avocats Expert Consultant au PNUD et au HCDHG

Ancien Commissaire à l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ( INIDH)

Ancien Juge Conseiller à la Cour Constitutionnelle

Ecrivain Membre de l’Association des Écrivains de Guinée

Enseignant Chercheur dans les Facultés de Sciences Juridiques de Conakry ( République de Guinée

Articles Similaires

Commune de Sanoyah : installé dans ses fonctions, Aly Mandé Mansa appelle tous au travail

LEDJELY.COM

Transition en Guinée : l’opposition au CNRD se recompose et se met en ordre de bataille

LEDJELY.COM

Retour à l’ordre constitutionnel : Mamadi Doumbouya a « instruit l’accélération »

LEDJELY.COM

Energie : Mamadi Doumbouya ordonne l’audit de la gestion du secteur

LEDJELY.COM

Kondiadou : les nombreux chantiers du président de la Délégation spéciale

LEDJELY.COM

Commune de Gbessia : Mory Diakité décline ses priorités

LEDJELY.COM
Chargement....