Ledjely.com
Accueil » Retour à l’ordre constitutionnel : Cellou Baldé appelle à hâter les pas
A la uneActualités

Retour à l’ordre constitutionnel : Cellou Baldé appelle à hâter les pas

Au menu de l’Assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui s’est tenue ce samedi 11 novembre 2023, il y avait le retour à l’ordre constitutionnel et le débat relatif aux velléités de faire organiser les prochaines consultations électorales par le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Il n’en est pas question, a martelé Cellou Baldé, responsable des fédérations de l’intérieur du pays.

Par ailleurs membre du Bureau politique national du parti de Cellou Dalein Diallo, il invite les autorités de la transition à éviter le pire pour le pays, en accélérant le processus devant mener aux élections qui vont consacrer le retour à l’ordre constitutionnel. Il appelle d’autant à y aller rapidement qu’il ne se fait aucun doute quant à la victoire de son leader.  « Nous sommes à jamais déterminés à accéder à la magistrature suprême et rien ne peut empêcher cela. Aucune force extérieure, aucune parti politique ne pourra le faire. Ce qui nous importe, c’est l’organisation du parti à travers les structures surtout celles qui sont à l’intérieur, notamment à N’zérékoré et tant d’autres. Nous faisons appel à tous les militants et généralement les citoyens guinéens sont impatients de voir la fin de cette transition qui sera forcément couronnée par l’organisation des élections qui vont porter Cellou Dalein Diallo au pouvoir. Pour qu’on entame le développement tant attendu par le peuple », lance-t-il en direction des militants mobilisés pour cette Assemblée générale organisée par la section Moto.

Mais au-delà du besoin de voir Cellou Dalein Diallo arriver au pouvoir, selon Cellou Baldé, la nécessité de hâter les pas est dictée par le besoin d’éviter certains risques qui commencent déjà à se manifester. « Nous voyons tous les événements qui se succèdent dans notre pays, qui sont la résultante de la frustration qui est en train de s’accumuler. Une transition qui dure aura toujours des conséquences. Donc, c’est dans leur intérêt d’accélérer les choses pour éviter le pire.  Ce que nous ne souhaitons pas pour le pays. Qu’elles (les autorités) profitent du temps qui reste du chronogramme pour inviter les vrais acteurs de la scène politique dont Cellou Dalein et ses pairs des forces vives, pour qu’enfin on obtienne un véritable dialogue qui va nous conduire vers un retour à l’ordre constitutionnel », recommande-t-il.

En effet, selon lui, la lenteur que l’on observe aujourd’hui dans la mise en œuvre du chronogramme est entretenue à dessein.  « Le constat est connu de tous, nous n’avons besoin de le rappeler à personne. Depuis plusieurs mois, aucun avant-projet du fichier électoral, encore moins de loi électorale. Pas d’organe de gestion électoral ou un fichier électoral, comment est-ce possible qu’on aille au retour à l’ordre constitutionnel et que le guinéens croit à la sincérité et la franchise des autorités de la transition », s’interroge Cellou Baldé ? « Ce qui est en train d’être orchestré en ce qui concerne le fichier électoral, c’est pour ne pas qu’on respecte le délai indiqué », fait-il remarquer dans la foulée.

Cellou Baldé s’est aussi exprimé sur les velléités de faire organiser les élections par le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Sur la question, il annonce qu’il n’est pas question que le ministère les organise. « Nous entendons que c’est le MATD qui va organiser les élections, mais rassurez-vous que nous n’allons jamais accepter cela. L’administration territoriale et de la décentralisation ne va pas organiser des élections pour sortir de la transition », assure-t-il aux militants réunis pour la circonstance. Parce qu’à ses yeux, les administrateurs territoriaux (maires, préfets, sous-préfets et militaires sont « cadres incompétent qui ont participé à truquer toutes les élections passées dans notre pays. Nous ne sommes plus prêts à cautionner cela. Cela n’est plus acceptable dans notre pays, nous ne souhaitons pas résoudre une crise par une autre »

Aliou Maci Diallo pour LeDjely.com 

Articles Similaires

Gabon : l’expérience de Dr Dansa Kourouma sollicitée pour l’élaboration de la nouvelle constitution

LEDJELY.COM

Kankan : plus de 12 000 candidats passent le bac

LEDJELY.COM

Matam : le général Amara Camara lance les premières épreuves du BAC

LEDJELY.COM

Baccalauréat : Bah Oury donne le coup d’envoi à Labé

LEDJELY.COM

Fermeture des média : le droit à l’information et au travail violé

LEDJELY.COM

Culture : l’artiste Mory Djely est mort à Paris à 56 ans

LEDJELY.COM
Chargement....