Ledjely.com
Accueil » Guinée : Enabel lance une campagne de sensibilisation sur les « risques liés à la migration dangereuse »
ActualitésPublireportage

Guinée : Enabel lance une campagne de sensibilisation sur les « risques liés à la migration dangereuse »

Dans le cadre de la lutte contre l’émigration irrégulière, les responsables de l’Agence belge de développement (ENABEL), en partenariat avec le gouvernement de la transition, ont animé le mercredi 22 novembre, une conférence de presse pour annoncer le lancement du projet intitulé ‘’Campagne de sensibilisation sur les risques de la migration dangereuse’’. Evènement qui a mobilisé plusieurs personnalités dont l’ambassadeur de la Belgique en Guinée et le Directeur général des Guinéens établis à l’étranger.

Selon les initiateurs du projet, celui-ci a pour objectif de sensibiliser et d’informer la population cible sur les risques liés à la migration dangereuse, tout en apportant un appui à la direction générale de la gouvernance économique (DGGE) dans la promotion des opportunités de mobilité légale. « On a constaté qu’il y a beaucoup de demandeurs d’asile guinéens qui ne sont pas persécutés par les gouvernements, qui n’ont pas de problèmes réels et qui n’ont pas de crainte dans le cadre de protection internationale. Donc, on essaye d’expliquer aux gens que venir en Belgique, en Europe et faire une demande de protection n’est pas la bonne procédure. Il y a d’autres procédures de migration légale qui existent que les gens doivent utiliser », a expliqué Freddy Roosemont, Directeur général de l’Office de l’étranger au service d’immigration belge.

Freddy Roosemont, Directeur général de l’Office de l’étranger au service d’immigration belge

A l’en croire, l’exploration de procédures légales est d’autant plus recommandée que, « dans les migrations illégales, les risques se rapportant à l’introduction d’une demande d’asile sont beaucoup trop grands. Et là, il y a des risques physiques, des pertes d’argent, de l’énergie et du temps. Tout cela, on veut éviter par les campagnes d’information », a-t-il précisé

Les initiateurs du projet attendent de la campagne ainsi lancée qu’en Belgique, les demandes d’asile venant de Guinéens impliqués dans les migrations illégales, diminuent de la moitié. « En 2022, on avait 900 demandes. Quand le rythme continue ainsi, on va avoir en 2023, 1400 demandes, donc une forte augmentation. Or, en 2020 et 2021, on avait 500 demandes », a souligné encore Freddy Roosemont.

Pourtant, du côté guinéen, selon la Directrice nationale de l’emploi des jeunes au ministère de la Jeunesse et des Sports, des efforts sont consentis notamment pour le retour des migrants guinéens en difficulté dans leurs pays d’accueil. Mais, a admis Aminata Kouyaté, le tout n’est pas de ramener un migrant. Encore que faut-il pouvoir prendre en charge les nombreux défis auxquels ces jeunes aspirants à la migration font face. « On n’a jamais autant vu l’implication d’un gouvernement dans le retour des migrants en situation difficile, et cela, il faut le mettre au compte des nouvelles autorités qui ont plusieurs fois été chercher des migrants qui étaient en difficulté ailleurs pour les ramener. Mais quand ces migrants reviennent, il faut s’en occuper, il ne s’agit pas seulement de les retourner parce qu’ils connaissaient pour certains les risques liés à cette migration. Mais il faut leur offrir des opportunités sur place », a indiqué Aminata Kouyaté.

Aminata Kouyaté, Directrice nationale de l’emploi des jeunes au ministère de la Jeunesse et des Sports,

A ses yeux, pour une gestion optimale du fléau de l’émigration irrégulière, il faut aussi faire appel au sens de responsabilité et de discernement des candidats eux-mêmes. Ensuite, via une sensibilisation comme celle qui vient d’être lancée, informer ces mêmes candidats des opportunités de migration régulière qui s’offrent à eux. « Aucun migrant ne part les poches vide(..) L’effort que le gouvernement est en train de faire, c’est de leur expliquer que si tu peux avoir 1500 ou 3000€ pour prendre le risque d’aller mourir en mère avec ces sommes, on peut vraiment investir et réussir en Guinée. D’où plusieurs campagnes que nous avons menée avec des partenaires. En ce qui concerne la politique du gouvernement, c’est de vraiment mettre l’accent sur les volets sensibilisation et information, parce que souvent les candidats n’ont pas toutes les informations. C’est justement à ce niveau que nous nous tournons vers les pays d’accueil pour qu’ensemble, on leur dise à ces candidats qu’ils ont des opportunités de migration régulières. Aujourd’hui, c’est vraiment la nouvelle dynamiques, la nouvelle politique du gouvernement, à savoir dire aux jeunes qu’il y a des possibilités de partir, qu’on ne peut pas empêcher aux gens de partir mais on peut le faire de façon légale », a-t-elle soutenu.

Prévue pour la période novembre 2023-avril 2024, la campagne de sensibilisation se déploiera sous forme de caravane itinérante du 5 au 17 décembre 2023 sur l’axe Conakry – Labé.

Aminata Camara

Articles Similaires

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM

L’UNICEF déplore le décès d’un enfant lors d’un rassemblement public à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....