Ledjely.com
Accueil » Les défenseurs des droits humains prêts à accompagner l’information judiciaire ouverte contre Alpha Condé et Cie
A la une Actualités Guinée Justice Politique Société

Les défenseurs des droits humains prêts à accompagner l’information judiciaire ouverte contre Alpha Condé et Cie

Le 11 mai dernier, le parquet du Tribunal de première instance (TPI) de Dixinn a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire contre Alpha Condé et certains hauts responsables de son régime déchu, invitant les « victimes et parents de victimes, toutes personnes physiques ou morales, structures ou entités pouvant fournir ou disposant d’éléments pouvant éclairer les lanternes de la justice sur ces crimes ou délits à se faire identifier à son niveau ». Un message plutôt bien accueilli par les concernés.

Les organisations de défense des droits de l’homme assurent d’ailleurs qu’elles contribueront par tous les moyens légaux pour que justice soit faite. « L’ouverture de cette information judiciaire contre M. Alpha Condé et Compagnie est une excellente nouvelle dans le cadre de la lutte contre l’impunité. Je pense qu’aujourd’hui, il était temps que cette information judiciaire soit ouverte pour que l’on comprenne pour quelles raisons ces crimes ont été commis et qui en sont les auteurs et les commanditaires pendant ces dernières années », a déclaré d’entrée Me Alpha Amadou DS Bah, vice-président de l’Organisation guinéenne pour la défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH).

Du même avis, Me Frédéric Foromo Loua, avocat à la cour et directeur exécutif de l’ONG Même droit pour tous (MDT) assure que c’est un vœu de plusieurs mois qui est en train de se réaliser. Selon lui, au vu des graves violations des droits de l’homme, il était normal que les autorités actuelles puissent ouvrir une enquête de justice pour que Alpha Condé et ses acolytes répondent de leurs actes. « Nous demandons à toutes les associations qui se sont déjà constituées, à toutes les victimes connues ou anonymes, à toute personne qui a souffert directement ou indirectement de ces agissements de se mettre à la disposition des autorités judiciaires, notamment du parquet, de lui apporter tous les éléments de preuves de nature à pouvoir confondre Alpha Condé et ses lieutenants à la barre, parce que l’information est certes ouverte, le travail va se poursuivre. Il sera question de réunir les éléments de preuves. En ce qui nous concerne, en tant qu’organisation de défense des droits de l’homme, les éléments de preuves en notre possession, nous n’allons pas hésiter un seul instant à les rendre disponibles devant le juge pour que véritablement une gestion utile en soit faite », a-t-il indiqué.

Tout comme lui, Me Alpha Amadou DS Bah a invité les victimes et parents de victimes à venir collaborer avec la justice pour favoriser l’inculpation ou l’identification de certaines personnes. « C’est une étape décisive dans le cadre de cette information puisque leur apport est important pour que les autorités judiciaires puissent identifier ces personnes. Nous de notre côté, nous avions déjà fait une certaine documentation relativement à ces nombreuses violations de droits de l’homme. Nous avons quelques éléments et nous pensons que prochainement, nous accompagnerons les victimes et éventuellement les témoins dans cette affaire pour que les juges puissent avoir beaucoup plus d’éléments pour poursuivre leur enquête », a-t-il fait savoir.

Toutefois, les deux ONG disent attendre le bon moment pour cela. « Nous mettrons, le moment venu, à la disposition du parquet de Dixinn tous les éléments qui sont à notre disposition et nous invitons aussi les victimes qui n’ont pas pu s’identifier, se faire enregistrer à notre niveau de le faire dans d’autres organisations afin qu’ensemble, on puisse apporter le maximum d’informations aux autorités judiciaires pour que ces crimes ne restent pas impunis. Parce que la contribution et l’apport de ces victimes sont essentiels pour qu’il y ait plus de clarté dans cette affaire. Mais, indépendamment des victimes, il y a que le parquet et les officiers de police judiciaire doivent fournir aussi l’effort parce qu’en premier lieu, les enquêtes leur incombe donc les éléments qui seront fournis par les victimes et les témoins ne viendront que pour compléter ce que eux ils pourront faire comme investigation », a expliqué le vice-président de l’OGDH.

Du côté de MDT, la coalition des organisations de défense des droits de l’homme contre un troisième mandat mettra également à disposition des victimes et de la justice éventuellement toute la documentation faite sur les cas de violations des droits de l’homme.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

KISSIDOUGOU : sale temps pour les vendeurs des pagnes Faré Yaré !

LEDJELY.COM

MADINA-OULA : 26 personnes arrêtées dans un conflit domanial

LEDJELY.COM

Sory Doumbouya dévoile ses ambitions à la tête de la Confédération nationale des professionnels de la pêche de Guinée

LEDJELY.COM

ACCOMPAGNEMENT DU SPORT : Guinée Games continue sa mission citoyenne !

LEDJELY.COM

Face à la pénurie de carburant, la SONAP en guerre contre la vente de l’essence dans les bidons

LEDJELY.COM

PÉNURIE DE CARBURANT : le directeur général de la SONAP fustige le sabotage orchestré par certains pompistes

LEDJELY.COM
Chargement....