Ledjely.com
Accueil » Un Guinéen résidant au Maroc perd sa femme dans des conditions « de légèreté »
A la uneActualités

Un Guinéen résidant au Maroc perd sa femme dans des conditions « de légèreté »

Mamadou Saliou Diallo est un citoyen guinéen qui vit à Rabat, au Maroc, avec sa famille depuis des années. Endeuillé par la mort de sa femme, Kadiatou Bah âgée de 22 ans, il dénonce des conditions qu’il qualifie de légèreté et de négligences de la part des médecins de l’hôpital Abdellah de Kharia, à Rabat. Il dénonce aussi l’incapacité de l’ambassade de la Guinée au Maroc de l’assister à rapatrier le corps.

Quelques jours après le décès de sa tendre épouse, il a sollicité son rapatriement. Mais la somme qui lui a été demandée est largement supérieure à ses moyens.

L’un de ses proches qui nous a joint au téléphone avec son accord explique les circonstances dans lesquelles la jeune dame a rendu l’âme. « Elle a été admise à l’hôpital dans la soirée du mercredi 15 juin 2022, pour un accouchement parce qu’elle se plaignait de maux de ventre. Aussitôt, son mari Mamadou Saliou l’a accompagné à l’hôpital Abdellah de Kharia. Arrivée sur les lieux, les médecins ont fait comprendre que le moment d’accoucher n’est pas encore arrivé, mais pendant ce temps elle saignait. Elle a dit à son mari d’aller à la maison pour lui préparer de la soupe, et il est parti à la maison pour le faire. Dès qu’il a tourné dos, les médecins ont envoyé sa femme dans un bloc opératoire où elle a suivi l’opération sans son consentement. A son retour, il a trouvé que tout était déjà fini, sa femme a accouché par césarienne sans le lui dire, on ne lui a présenté que le bébé qu’ils envoyaient à la pédiatrie. De passage, il a été appelé par sa femme de venir, mais il a répondu “je reviens te voir, attends qu’on dépose le bébé à la pédiatrie dans une couveuse parce que les médecins disent qu’il est trop faible”. Une fois à la pédiatrie, on lui a dit de rester à côté du bébé pour ne pas qu’il fasse trop de mouvement dans la couveuse. Et il faisait déjà nuit. C’est là-bas qu’il est resté jusqu’au petit matin. A 9h, il a demandé aux médecins d’envoyer le bébé chez sa femme pour qu’il tète. Ainsi, il a été appelé au bureau du médecin chef où on lui a annoncé la mort de sa femme par arrêt cardiaque après plusieurs réanimations », a expliqué notre interlocuteur.

Une version qui ne convainc pas les proches de la défunte. « La femme a été opérée sans que son mari ne soit informé. Elle meurt à 7h, mais ce n’est qu’à 12h qu’on l’informe. Cela est vraiment inacceptable », explique de son côté Fatoumata Sow, membre de la famille de Mamadou Saliou Diallo.

28 millions de GNF pour le rapatriement du corps

Après le décès, ajoute-t-elle, l’époux éploré a été à l’ambassade de la Guinée au Maroc, pour demander de l’aide afin de rapatrier le corps. « Pour le rapatriement du corps de sa femme, on lui a demandé 28 millions de francs guinéens, moins son billet d’avion et celui de sa première fille de 3 ans et le nouveau-né. Pour lui, on lui demande 6 millions de francs guinéens,  sa fille de trois ans 4 millions, et le nouveau-né 1 million », a précisé Fatoumata Sow.

Une somme jugée très élevée par Mamadou Saliou Diallo. A l’ambassade de Guinée au Maroc, où il est allé pour chercher de l’aide, il n’a pas obtenu gain de cause. Toutefois, il cherche aujourd’hui par d’autres moyens pour pouvoir rapatrier le corps mais aussi rentrer en Guinée avec sa fille et le nouveau-né. Si tout se passe bien, ils seront à Conakry lundi prochain, 20 juin 2022.

Balla Yombouno

Articles Similaires

Mesures à propos des EPA, ce qu’il faut retenir

LEDJELY.COM

Education : les enseignants contractuels menacent d’aller en grève

LEDJELY.COM

Blaise Goumou demande à être libéré

LEDJELY.COM

Guinée : les membres statutaires accentuent la pression sur le CONOR

LEDJELY.COM

Urgent: le FNDC projette une manifestation le 16 février

LEDJELY.COM

Siguiri : un accident de la route coûte la vie à deux personnes

LEDJELY.COM
Chargement....