Ledjely.com
Accueil » MORISSANDA KOUYATE : « La Guinée n’a pas besoin de baby-sitter »
A la une Actualités Afrique Guinée Politique

MORISSANDA KOUYATE : « La Guinée n’a pas besoin de baby-sitter »

Les autorités guinéennes ne cachent pas leur méfiance voire leur hostilité vis-à-vis de l’implication d’acteurs étrangers dans la crise en Guinée. ‘’Les problèmes guinéens doivent trouver leurs solutions en Guinée et par les Guinéens’’, ont-elle tendance à répéter. Eh bien, cette aversion s’est de nouveau manifestée ce dimanche 4 septembre avec la sortie du ministre des Affaires étrangères dans la Synergie que les médias guinéens ont organisée à l’occasion de l’an 1 de l’avènement du CNRD au pouvoir. Redoutant manifestement que l’appui que la communauté internationale peut vouloir apporter à la Guinée ne se transforme en une ingérence, Morissanda Kouyaté a dit que notre pays n’en a pas besoin.  

Si l’on en croit les propos du chef de la diplomatie guinéenne, les conclusions que le médiateur de la CEDEAO va dresser de sa récente mission en Guinée, pourraient ne pas nécessairement débloquer la situation. En tout cas, si celles-ci étaient d’avance perçues comme tendant à tordre la main à la junte au pouvoir. « Ici c’est un pays qui nous appartient… Nous n’imposons rien à la CEDEAO et elle aussi ne nous impose rien », tient-il à faire savoir.

D’ailleurs, comme le disait précédemment le colonel Amara Camara, Morissanda Kouyaté trouve que la Guinée n’est pas en crise. Selon lui, notre pays est plutôt dans une situation de parenthèses durant laquelle « tout est suspendu, que ce soit l’Assemblée ou le gouvernement ».

Et pendant une telle période, la Guinée, à ses yeux, n’a pas besoin de la CEDEAO pour trouver des solutions aux contradictions entre ses citoyens.  « La Guinée n’a pas besoin de baby-sitter. Nous avons un programme qui a été présenté par le président de la transition et les partenaires ont partagé un accord de travailler avec nous », a laissé entendre le diplomate guinéen.

En tout cas, pour le ministre, il y a une ligne rouge que le gouvernement n’admettra jamais que l’on franchisse dans ce débat. « Ce que nous n’allons jamais accepter, c’est de dire que ce pays est en crise et qu’il faut un baby-sitter pour venir s’asseoir au bout de la table. Il va mettre à sa droite des Guinéens et à sa gauche, d’autres Guinéens pour dire qu’il va les réconcilier », martèle-t-il. Parce que, selon lui, « ce pays ne mérite pas ça ».

Aliou Nasta

Articles Similaires

DIALOGUE INCLUSIF : Dr Makalé Traoré annonce son retrait des activités politiques

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : le ton monte entre le ministère public et les avocats de la défense

LEDJELY.COM

Le centre de santé de Senkéfara accède à l’eau potable

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : la détention de capitaine Dadis au cœur de la 2ème journée

LEDJELY.COM

EDUCATION : la rentrée universitaire fixée au 2 novembre

LEDJELY.COM

KANKAN : deux présumés malfrats présentés à la presse

LEDJELY.COM
Chargement....