Ledjely.com
Accueil » RD Congo : les nombreux péchés du pays au menu du congrès eucharistique
A la uneActualitésAfriquePolitiqueReligion

RD Congo : les nombreux péchés du pays au menu du congrès eucharistique

En République démocratique du Congo (RDC), ce vaste pays de plus de 2 millions de km2 avec près de 100 millions d’habitants, l’église catholique est par la force des choses l’ultime refuge des populations, prises en taille entre un Etat notoirement défaillant, une élite gouvernante n’ayant jamais été à la hauteur, des pays voisins rapaces et des multinationales dont le cynisme n’a d’égal que la convoitise qu’elles ont pour les riches minerais enfouis dans le sous-sol du pays. Et conscients que l’hypothétique salut pour eux est lié à l’église, les Congolais sont nombreux à s’identifier au Christ. Cela, ils l’ont démontré à l’occasion du dernier déplacement du pape François sur place. Ils l’ont de nouveau réitéré hier en se rendant massivement à la messe de clôture du congrès national eucharistique qui au lieu dans l’enceinte du stade du TP Mazembé, à Lumumbashi. Ils étaient ainsi pas moins de 20 000 fidèles réunis autour des évêques venus des quatre coins du pays, avec à leur côté l’envoyé spécial du Vatican, Monseigneur Louis Antonio. Et bien sûr, au menu, il n’y avait pas que prières et communion. Il y avait surtout tous les péchés que le pays traine depuis tant d’années et qui font de lui un paradoxal creuset de toutes les pathologies du continent africain.

L’église, une sentinelle

En RD Congo, l’église catholique est en soi une société civile à part entière. Une société civile qui plus est a une claire conscience de sa mission. C’est l’ultime rempart aux dérives et lubies des acteurs politiques. Joseph Kabila dont le rêve de s’éterniser au pouvoir a été contrarié par la puissance conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) en sait quelque chose. Cette mission de sentinelle, les évêques congolais l’auront de nouveau pleinement assumée à l’occasion de la grande messe de clôture du troisième congrès eucharistique national de ce dimanche 11 juin 2023. Certes, ils ont convié les fidèles à renforcer leur foi en Jésus Christ. Mais ils n’ont pas fait l’impasse sur les multiples crises que connait le pays aujourd’hui. De la crise sécuritaire qui sévit dans l’est aux inondations qui ont récemment emporté de nombreux congolais, en passant par le paradoxe insolent entre les énormes richesses qui sortent des entrailles du sous-sol congolais et la misère exécrable des populations, ils n’ont rien omis.

Entente malsaine

Monseigneur Fulgence Muteba, archévêque métropolitain de Lumumbashi a particulièrement bien campé ce que certains assimilent à une malédiction pour le Congo. « Qu’il s’agisse du cuivre et du cobalt du Katanga, du diamant du Kasai, ou encore du bois de l’Équateur et des recettes douanières des frontières de neuf pays qui nous entourent, les dividendes de ces immenses richesses, sont accaparés par une rare gloutonnerie d’une élite au pouvoir et des multinationales peu scrupuleuses », a-t-il déclaré en effet. Un diagnostic des plus fidèles. En effet, au Congo et dans tous les autres pays du continent africain qui ont le don d’avoir été gâtés par dame Nature, le problème vient de l’entente délictueuse entre cette élite au pouvoir dépourvue du sens patriotique et des multinationales étrangères sans scrupules. C’est cette complicité malsaine qui détourne de nombreux enfants congolais du chemin de l’école pour en faire des enfants-soldats. C’est elle le facteur explicatif des viols qu’endurent les femmes et du massacre des populations innocentes dans l’est de la RDC. Que l’armée congolaise ne soit pas en mesure de défendre l’intégrité territoriale du pays face au petit Rwanda, c’est encore cette collision d’intérêts sordides.

Brouteurs de la république

Nous devons donc être reconnaissant à l’église congolaise de mettre ainsi le doigt dans la plaie. Certes, il ne faut guère se faire d’illusion. Les choses ne changeront pas nécessairement du jour au lendemain. Ce serait trop facile si ceux qui pillent et ruinent les Congolais devaient subitement prendre conscience et faire amende honorable. En réalité, ils ne sont même pas les destinataires de ces messages. C’est un travail de conscientisation des Congolais dans leur ensemble que mène les leaders religieux congolais. A coup sûr, cela prendra du temps avant que la mayonnaise ne prenne. Mais le message finira par être assimilé et les Congolais finiront par se réveiller. Et ce jour-là, les brouteurs de la république, qu’ils soient de l’intérieur ou de l’extérieur, n’auront nul refuge. En soi, c’est une raison d’espérer.

Boubacar Sanso Barry

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM
Chargement....