Ledjely.com
Accueil » Charles Wright à propos du magistrat Diawara : « Il est émotionnellement instable »
A la uneActualitésGuinéeJusticePolitique

Charles Wright à propos du magistrat Diawara : « Il est émotionnellement instable »

Jusqu’où ira la guéguerre à laquelle se livrent le ministre de la Justice, Alphonse Charles Wright, et le président de l’Association des magistrats de Guinée (AMG), Mohamed Diawara ? Bien malin qui saura répondre à cette question. Tant les deux ne se font aucun cadeau. Ainsi, ce lundi 21 août, intervenant chez nos confrères de FIM, le ministre a traité son vis-à-vis de quelqu’un « d’émotionnellement instable » dont le différend avec lui remonterait à son refus de la nommer au poste de procureur général près la cour d’appel de Conakry.

La sortie du ministre est consécutive au communiqué publié le vendredi dernier par le Conseil d’administration de l’AMG en vertu duquel il invitait les magistrats au débrayage, en signe de protestation contre la suspension par Charles Wright du procureur et du président du tribunal de première instance de Labé, à propos du dossier dame Asmaou Diallo. Se prononçant donc d’entrée sur cet appel à la cessation des activités, le ministre s’efforce d’en minimiser l’impact. Pour cela, il appelle à faire une distinction entre l’ensemble des magistrats du pays, comprenant notamment ceux de la Cour suprême, et, dit-il : « un bureau exécutif de l’Association des magistrats géré par un président émotionnellement instable qui n’arrive pas à fédérer l’intérêt des magistrats pour lesquels nous nous battons et défendons régulièrement ».

De fait, selon Charles Wright, l’attitude du magistrat Mohamed Diawara n’est dictée que par une frustration. Un sentiment qui découlerait du refus du ministre d’accéder à la doléance de Diawara qui voulait être nommé au poste de procureur général de la Cour d’appel de Conakry. « La première fois que j’ai eu une rencontre de convivialité avec celui qui se fait passer aujourd’hui le président de l’association des magistrats, c’est lorsqu’il est venu à mon bureau au lendemain de ma prise de fonction. À l’époque nous étions à la veille des différentes nominations. Il dit qu’il veut être procureur général. Si vous vous souvenez, à un moment la cour d’appel est restée sans procureur. Pour moi, chacun est libre de venir poser son problème au ministère mais en faire aujourd’hui une cause non avouée pour des intérêts personnels, c’est ce qui me pousse à clarifier l’opinion », déclare en effet le ministre chez nos confrères.

Aujourd’hui encore, Charles Wright admet qu’il a refusé d’accéder à la requête du juge Diawara. Et il en donne la raison. « « Je ne pouvais pas lui proposer comme procureur général, pour la simple raison qu’un magistrat ne peut pas venir demander lui-même qu’on le mette quelque part. Ce n’est pas possible », maintient le ministre.

Il faut dire que dans le camp de Mohamed Diawara, on justifiait l’appel au débrayage des magistrats par la tendance que le ministre aurait de s’ingérer dans les affaires judiciaires.

Aliou Nasta

Articles Similaires

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM

Environnement : EDG et ses partenaires se mobilisent pour la réhabilitation des têtes de sources de quatre barrages hydroélectriques à Kindia

LEDJELY.COM

Guinée : le ver est-il dans le fruit ?

LEDJELY.COM

Santé : le comité technique du projet sur l’analyse approfondie du genre dans la vaccination se réunit à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....