Ledjely.com
Accueil » COTE D’IVOIRE : Gbagbo et Soro définitivement exclus de la présidentielle
A la une Actualités Afrique Politique

COTE D’IVOIRE : Gbagbo et Soro définitivement exclus de la présidentielle

Ce n’est pas véritablement une surprise, mais cela a le mérite d’être tout aussi clair que définitif. Désormais, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, savent à quoi s’en tenir. Le Conseil constitutionnel se prononçant ce lundi 14 septembre sur les candidatures pour la présidentielle du 31 octobre, confirme l’exclusion de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro. En revanche, les juges du Conseil valident les prétentions du président sortant, Alassane Ouattara, à un troisième mandat. Avec cette décision, le président sortant opte donc pour la logique de la bravade et de l’épreuve de force. Un choix qui suscite inquiétudes et appréhensions, eu égard aux violences électorales que la Côte d’Ivoire a enregistrées il y a à peine 10 ans. Violences qui, l’on se rappelle, avaient entrainé la mort de 3000 personnes.

Les ingrédients d’une crise politique sont aujourd’hui réunis en Côte d’Ivoire. D’une part, la candidature du président sortant n’est pas du goût de tout le monde. D’autre part, l’exclusion de Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, désormais avalisée par le Conseil constitutionnel, est perçue comme étant la provocation de trop de la part d’Alassane Ouattara. Or, ces deux nouveaux points de friction viennent s’ajouter à un contexte qui demeurait potentiellement volatile. En effet, si au cours des dix dernières années, le président Alassane Ouattara s’est évertué à reconstituer les fondamentaux de l’économie ivoirienne et à engranger un bilan somme toute élogieux, il y a qu’il n’a pas réussi à réconcilier les Ivoiriens. Les partisans de ses adversaires d’il y a dix ans continuant à se plaindre de persécution sur fond d’injustice. Au-delà, ces dernières semaines, on aura noté la résurgence de débats à relents communautaristes.

Dans un tel contexte, les menaces à peine voilées de la part en particulier de Guillaume Soro ne rassurent guère. Même s’il est loin du pays et qu’il est par ailleurs privé de la base combattante qui lui a jadis conféré une certaine capacité de nuisance, l’ancien patron de la rébellion des Forces nouvelles peut néanmoins souffler sur les braises ardentes des frustrations et autres rancœurs qui tenaillent de nombreux Ivoiriens. Quant à lui, même s’il a jusqu’ici observé un silence énigmatique, Laurent Gbagbo peut toujours vouloir prendre sa revanche. Certes, l’ancien président a conscience que ses chances de revenir aux affaires sont aujourd’hui minces. Mais si la situation en Côte d’Ivoire venait à se tendre davantage, la consigne qu’il donnera à ses partisans sera déterminante pour l’issue de la crise.

Boubacar Sanso BARRY    

Articles Similaires

Pour Mamadou Sylla, la CRIEF n’est pas compétente à juger le dossier de sa société, Futurelec Holding

LEDJELY.COM

PENDAISONS DU 25 JANVIER 1971 : les familles des victimes demandent au colonel Mamadi Doumbouya d’ouvrir les fosses communes

LEDJELY.COM

MACENTA : des lourdes peines prononcées dans le procès des affrontements intercommunautaires !

LEDJELY.COM

Boke : Important communiqué de la société UMS suite à la reprise des activités

LEDJELY.COM

PENDAISONS DU 25 JANVIER : « C’est aux bourreaux de nous demander pardon »

LEDJELY.COM

Nommé président du CNT, Dr Dansa Kourouma promet « un travail digne d’un patriote »

LEDJELY.COM
Chargement....