Ledjely.com
Accueil » GUINÉE : face à la prolifération des cliniques « clandestines », le Pr Hassane Bah promet des réformes
A la une Actualités Guinée Santé

GUINÉE : face à la prolifération des cliniques « clandestines », le Pr Hassane Bah promet des réformes

Suite à l’interpellation des médecins ayant violé, avant de faire subir plusieurs opérations chirurgicales, à M’mah Sylla, décédée samedi dernier à Tunis, où elle avait été évacuée en octobre dernier pour des soins de santé, suite à la détérioration de son état, beaucoup s’interrogent sur les défaillances dans les structures sanitaires guinéennes dont certaines exercent en dehors de toute légalité. Depuis l’éclatement de cette affaire odieuse qui a choqué l’opinion au-delà des frontières guinéennes, les réactions vont bon quant au sort à réserver aux présumés auteurs.

Invité de Djoma Médias ce mercredi 24 novembre 2021, le Pr Hassane Bah, le président de l’Ordre national des médecins, s’est exprimé sur la situation des présumés auteurs de ces viols à répétition suivis de tentative d’avortement et de multiples opérations chirurgicales mal faites. Le médecin-légiste s’est également exprimé sur la régularisation du secteur de la santé en Guinée.

Pour lui, si toutefois, ces médecins venaient d’être déclarés coupables des faits qui leur sont reprochés, « en plus des sanctions disciplinaires, nous avons décidé également de leur interdire l’exercice de la profession médicale ».

Depuis l’éclatement de cette affaire, ce sont la formation et l’intégrité de tous les médecins guinéens qui font l’objet de multiples commentaires. Mais pour le Pr Hassane Bah, les agissements de quelques individus ne doivent être associés à toute une profession. « Je ne peux pas expliquer [ce qu’ils ont fait] parce que ça ne fait pas partie de l’enseignement ou la formation d’un médecin. Je suis responsable de tout ce qui concerne éthique et déontologie. Cela fait partie de la médecine légale. Donc, c’est quelque chose qui n’a rien à voir avec la formation en médecine », a-t-il assuré.

Abordant la question des cliniques clandestines qui pilulent en Guinée, surtout à Conakry, le Pr Hassane Bah a indiqué que des rencontres de concertation entre l’Ordre national des médecins et le ministère de la Santé ont été entamées. « Nous avons défini une stratégie que nous devons mettre en place pour d’abord recenser tous ces cabinets et toutes ces cliniques privées qui, aujourd’hui, sont installés de façon anarchique dans la région de Conakry », a-t-il annoncé, ajoutant qu’à l’issue de cette étape « ceux qu’il faut fermer, on les fermera. Et les médecins qui ont des qualifications requises mais qui n’exercent pas dans les conditions normales, l’État va voir comment il faut mutualiser tout ça ; les mettre ensemble, les former davantage, mettre en place un programme de formation continue et peut-être les accompagner pour ouvrir des cabinets beaucoup plus adaptés ».

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

DIALOGUE INCLUSIF : Dr Makalé Traoré annonce son retrait des activités politiques

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : le ton monte entre le ministère public et les avocats de la défense

LEDJELY.COM

Le centre de santé de Senkéfara accède à l’eau potable

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : la détention de capitaine Dadis au cœur de la 2ème journée

LEDJELY.COM

EDUCATION : la rentrée universitaire fixée au 2 novembre

LEDJELY.COM

KANKAN : deux présumés malfrats présentés à la presse

LEDJELY.COM
Chargement....