Ledjely.com
Accueil » ECONOMIE : le FMI projette des perspectives moins sombres pour l’Afrique subsaharienne en 2023
A la uneActualitésAfriqueEconomieFinancesGuinéeMonde

ECONOMIE : le FMI projette des perspectives moins sombres pour l’Afrique subsaharienne en 2023

A la faveur d’un séminaire qu’il a organisé ce mercredi 30 novembre 2022 dans un complexe hôtelier à Kaloum, la représentation du Fonds monétaire international (FMI) en Guinée a présenté les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne (édition Octobre 2022). Le séminaire a été suivi d’un panel de débat autour de plusieurs thématiques liées à ce rapport. Plutôt, le panel a réuni le ministre de l’Economie et des Finances, le Gouverneur de la BCRG, le représentant résident du FMI et le coordonnateur de système des Nations unies.

A en croire le représentant résident du Fonds monétaire international en Guinée, l’impact résultant des doubles crises de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine sur l’activité économique au niveau de l’Afrique subsaharienne devrait se modérer l’année prochaine. Dr. Salifou Issoufou reconnait tout de même qu’en raison de ces crises, il y a eu un resserrement des conditions financières au niveau international dû au fait que les banques centrales ont commencé à rehausser leurs taux directeurs. « Il y a eu également la volatilité des produits de base », a-t-il ajouté.

Pour faire face à ce contexte, le FMI formule quatre recommandations :

  • La première: « venir en aide aux plus vulnérables, donc adresser la question de l’insécurité alimentaire ».
  • La deuxième: « c’est l’inflation et la politique monétaire. Dans un contexte d’une montée de l’inflation, il est important que les décideurs politiques restent prudents pour faire face à cette inflation ».
  • La troisième: « Ce sont les finances publiques. Il faut continuer la consolidation budgétaire pour une stabilité macro-économique financière ».
  • La quatrième: « C’est la croissance verte, durable et inclusive et dans ce contexte, l’aide internationale reste primordiale ».

Pour le cas guinéen, les indicateurs macro-économiques montrent que l’économie reste résiliente. La croissance, pourtant à la baisse à 4,7 %, est bien supérieure à la moyenne de l’Afrique subsaharienne. Cependant, la situation de la sécurité alimentaire reste aggravée. C’est dans ce sens que les autorités guinéennes et les services du FMI ont obtenu un accord de financement de 69 millions de dollars pour faire face à la crise alimentaire. « Il est prévu d’ici la fin de cette année, une réunion du conseil d’administration du FMI pour éventuellement approuver ce financement », a fait savoir Dr. Salifou Issoufou.

Quant au ministre de l’Economie et des Finances, il a fait une présentation sur le développement récent des finances publiques guinéennes et les perspectives 2023. « La mobilisation des recettes à date, en fin octobre 2022, est de l’ordre 72 % des recettes liquides totalement recouvrés au niveau des différentes régies. Ce qui est quand même à saluer par rapport à l’exercice de 2021 », s’est réjoui Moussa Cissé.

Pour sa part, le coordonnateur du système des Nations unies, a réservé son intervention à la croissance verte et durable et au rôle de l’aide internationale. Vincent Martin a surtout insisté sur la problématique de la sécurité alimentaire qui, dit-il, « est aussi éminemment politique ». Selon lui, de février en avril 2022, ce sont quelques 928 000 personnes, soit 8,8 % de la population guinéenne, qui ont été identifiées comme souffrant d’insécurité alimentaire. Pourtant, d’après lui, la Guinée n’est pas un pays qui doit faire face à ce genre de problèmes, puisque, ajoute-t-il, les ressources sont abondantes. « Quand elle le fait, c’est parce que les dimensions de la sécurité alimentaire ne sont pas réunies », a expliqué Monsieur Vincent Martin, avant de suggérer un changement de paradigme.  « Il faut oublier cette approche productiviste qui relève de l’ancienne méthode pour aller à une approche systémique, c’est cette approche qu’on appelle le système alimentaire ». 

Aliou Nasta

Articles Similaires

Blaise Goumou : « Si on était à la CPI, ça allait être une honte pour la Guinée »

LEDJELY.COM

Mort de Thierno Mamadou : « C’est notre hiérarchie qui nous a dit de tirer »

LEDJELY.COM

Enseignement Supérieur : le colonel Doumbouya nomme plusieurs responsables

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : Blaise Goumou confondu sur une de ses affirmations

LEDJELY.COM

Simandou et Accord-Cadre Sino-Guinéen : redémarrage des travaux de construction en mars 2023 !

LEDJELY.COM

Cellou Dalein Diallo : « Nous sommes aussi des Guinéens… »

LEDJELY.COM
Chargement....