Ledjely.com
Accueil » Procès du 28 sept : la Défense critique le schéma de la « confrontation »
Actualités

Procès du 28 sept : la Défense critique le schéma de la « confrontation »

On vous en parlait précédemment. Dans le déroulement du procès du 28 septembre, une nouvelle étape plutôt importante a commencé ce lundi 15 avril. Il s’agit de la phase des confrontations. Sauf que l’une des parties, à savoir la défense des accusés, n’en est pas tout à fait satisfaite. Dans l’entendement des avocats de Moussa Dadis Camara et Cie, la confrontation n’aurait pas dû avoir lieu entre les accusés seulement. Le débat devrait même, selon eux, être davantage instauré entre les différentes parties : accusés, parties civiles et témoins. A travers le schéma tel qu’il a commencé hier lundi, les avocats de la défense soupçonnent le tribunal de chercher à trouver de quoi obtenir la fameuse requalification des faits.

C’est en particulier Me Jocamey Haba, un des avocats de l’ancien président de la junte du CNDD qui a sonné la charge contre le schéma qui a commencé hier.  « Lorsqu’on parle d’une confrontation, on oppose d’abord les parties qui sont à un procès. Les déclarations qui ont été faites émanent des personnes, qui ont des positions, totalement contradictoires. Vous savez qu’il y a eu des parties civiles, des accusés et également des témoins qui avaient parlé. On aurait dû commencer par des personnes qui accusent, contre ceux-là qu’on est en train d’accuser. On ne l’a pas fait. Ça c’est le premier élément. Le deuxième élément, lorsqu’on vous parle de confrontation, des points de confrontation doivent être donnés à l’audience même. Et c’est uniquement sur ces points de confrontation que les personnes qui sont appelés à la barre, doivent discuter. Mais si vous avez remarqué, on a l’air d’un interrogatoire de tous les côtés. Que ce soit du côté du parquet, du côté de la partie civile et même du côté tribunal. Nous on a eu l’impression que le tribunal n’a compris cela que lorsque la partie civile a eu la parole. C’est pourquoi justement la défense, sachant comment se passent les procédures, n’a pas voulu cautionner cela. En tout cas, relativement à ceux qui sont passés, la défense de manière unanime, et vous l’avez compris à travers le doyen Paul Yomba qui a clairement indiqué que nous n’avions pas de question à poser. Parce que nous ne voulions pas cautionner ce que pour le moment nous considérons, comme un simulacre de confrontation ».

Il est vrai que quand le président du tribunal a annoncé hier que c’était au tour de la défense de poser ses questions, Me Paul Yomba Kourouma, un des avocats de Toumba Diakité, en porte-parole de circonstance, avait signifié que lui et ses camarades s’abstenaient d’en poser. La raison de cette attitude, parce que les avocats de la défense trouvent que le tribunal, avec le schéma qu’il a présenté hier, a cherché à « opposer les accusés entre eux, et trouver des éléments qui leur permettent de comprendre ce qu’ils appellent responsabilité de commandement, ce qu’ils appellent responsabilité de chef militaire, pour peut-être aboutir à une requalification. Mais nous, on ne peut pas cautionner cela. Je peux vous dire que ce qui s’est passé est tout sauf une confrontation ».

La partie civile, pour sa part, dénonce l’entente entre les accusés qu’elle croit avoir décelée. « On s’attendait à ce que les uns et les autres réitèrent les propos qu’ils avaient déjà tenus pendant la phase interrogatoire. Cependant, ce qui est important, c’est la compréhension du tribunal, il y a ensuite YouTube pour les déclarations précédentes. C’était aussi un test pour comprendre la bonne ou la mauvaise disposition des accusés qui étaient en confrontation. Le plus important, pour nous, était de pouvoir poser des questions, pour le reste, je crois que le tribunal est suffisamment outillé pour pouvoir comprendre, est-ce que ces accusés étaient dans les bonnes dispositions de dire la vérité ou bien ils ont cherché à se protéger », a confié Me Amadou DS Bah.

Aminata Camara

Articles Similaires

TPI de Kaloum : la partie civile regrette le report de l’audience dans le procès avec l’ancien ministre Ahmed Kanté

LEDJELY.COM

L’UNICEF soutient le Gouvernement guinéen pour la signature du plan d’adhésion de la Guinée à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale

LEDJELY.COM

CNT : Dr. Dansa Kourouma interpelle Bah Oury sur quelques défis de l’heure

LEDJELY.COM

Opinion : la durée des processus de transitions militaires en Afrique

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : les pèlerins guinéens ont commencé à rallier les Lieux saints

LEDJELY.COM

Recrutement à la Fonction publique : le ministre Bourouno a lancé les épreuves à Labé

LEDJELY.COM
Chargement....