Ledjely.com
Accueil » Egypte : aux abois, les sans-papiers guinéens implorent Mamadi Doumbouya
Actualités

Egypte : aux abois, les sans-papiers guinéens implorent Mamadi Doumbouya

Dans une vidéo parvenue ce lundi 24 juin 2024 à notre rédaction, des Guinéens en situation de migrants en Egypte, dénoncent leurs conditions de vie dans ce pays. Conditions d’autant plus préoccupantes, disent-ils, qu’ils seraient traqués par la police égyptienne. Alors, ils interpellent directement et nommément le président de la Transition, le général Mamadi Doumbouya, pour leur rapatriement, envisagé comme l’unique solution à leur calvaire.

Intervenant chez lundi chez nos confrères de Cavi Médias, Lancinet Diakité qui dénonce l’apathie et l’indifférence du Consul de la Guinée au Caire, explique : « Il y a plus de 150 jeunes filles détenues dans les différentes prisons en Égypte. Le consul et le chargé d’affaires restent indifférents. Personne ne fait face à la situation de nos sœurs qui sont détenues, violentées tous les jours. Nous avons décidé de prendre notre destin en main pour essayer de sauver nos sœurs. Ça fait 9 mois qu’on est dans cette situation. Finalement, on a décidé d’aller rencontrer l’ambassade pour que Conakry vienne au secours, parce que chaque fois, il y a eu des fausses promesses. Tout le temps, on nous fait savoir que Conakry est au courant, mais Conakry ne dit rien. Après nos vérifications, c’est archi faux, Conakry n’est courant de rien ».

De même, dans la vidéo que nous évoquions plus haut, c’est un groupe de jeunes filles, plutôt en situation régulière, nous dit-on, qui implore le président Mamadi Doumbouya. Allant jusqu’à se mettre à genou, elles plaident : « Monsieur le Président Mamadi Doumbouya, on a besoin de votre aide. Vos représentants qui sont là disent aux autorités égyptiennes de nous tuer et de nous brutaliser même dans nos propres maisons », les entend-on accuser.

Lancinet Diakité révèle en outre qu’il y a deux mois, « l’État égyptien a adressé une lettre d’avertissement concernant la date du 30 juin, date à laquelle ils vont aller à la vitesse supérieure. Cela veut dire que tout ce que l’État égyptien gère, si tu n’es pas en situation régulière, tu n’auras pas accès aux hôpitaux, aux métros, bus. Et le pire des cas, ils vont demander à tous les bailleurs de mettre au dehors tous les étrangers qui ne sont pas en situation régulière. Une fois au dehors, c’est la prison qui les attend ». Ce qui démontre l’urgence de l’aide que les migrants guinéens attendent un signe qui viendrait de Conakry.

Fodé Soumah

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM

Kenien-Hafia : le supplice des usagers

LEDJELY.COM
Chargement....