A la une Actualités Coronavirus Economie Finance

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : précisions sur le décaissement des 148 millions de dollars du FMI en faveur de la Guinée

Suite à l’approbation du Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) du décaissement de 148 millions de dollars en faveur de la Guinée, au titre de la facilité de crédit rapide pour faire face à la pandémie du coronavirus, le ministre de l’Economie et des Finances a conjointement animé ce jeudi 25 juin 2020, un point de  presse  avec  son homologue du Budget, du Plan et le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) afin d’apporter plus de précisions sur ce décaissement.

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, la facilité de crédit rapide est un instrument financier du FMI qui a été mis en place pour que les pays membres de l’institution financière qui sont victimes de catastrophes naturelles ou d’autres types de  choc intérieurs ou extérieurs puissent en bénéficier. « C‘est ce fonds qui a été mis à la disposition des pays les moyens avancés à la suite de l’éclatement de la pandémie du coronavirus (…) Concernant notre pays, de façon spécifique, le Conseil d’administration s’est réuni le 19 juin dernier et a accordé le décaissement en faveur de la Guinée d’un montant de 107,1 millions de DTS soit environ 148 millions de dollars américains. Ce fonds va contribuer en partie  au financement de la riposte au COVID-19 et à la stabilité économique. Cela va servir à notre pays de répondre de façon adéquate aux questions soulevées par la pandémie dans notre pays« , a-t-il expliqué.

Aux dires du ministre Mamadi Camara, la durée du prêt est de 10 ans avec un moratoire de 5 ans et demi et un taux d’intérêt de 0%. « Avant que le FMI nous accorde cette facilité de crédit rapide, on a bénéficié d’un allègement de la dette de l’ordre de 34 milliards de francs guinéens au titre de l’échéance d’octobre 2020. L’octroi de cette facilité va servir de catalyseur à la mobilisation de ressources supplémentaires auprès d’autres bailleurs de fonds. Nous nous attendons par exemple au mois de juillet prochain à un appui budgétaire de la part de la Banque mondiale et à un appui budgétaire de la part de la Banque  africaine de développement. Il faut signaler également que notre pays a déjà bénéficié du report du service de la dette de la part du groupe du G20« , a-t-il ajouté.

Dans son intervention, Ismaél Dioubaté, le ministre du Budget, a tenu à apporter cette précision : « Nous avons fait un plan de riposte qui se chiffre à 3 500 milliards  de francs guinéens dont l’essentiel du montant était affecté à la santé. Cette facilité rapide de crédit nous aidera à plus d’un titre parce que 148 millions de dollars, il faut estimer à près de 1 500 milliards de francs guinéens. Les dépenses ont été effectuées sur fonds propres malgré les difficultés auxquelles on fait face, qui sont les résultants de cette pandémie. Ce montant va servir d’amortisseur précieux pour faire face au plan d’urgence qu’on a déjà fait.« 

Pour  le ministre Dioubaté, « la question technique qu’il fallait préciser, c’est que le montant est proportionnel à  notre part contributive au niveau  du Fonds monétaire international qui se chiffre à  107 millions de DTS (droit de tirage special)« , ajoutant qu’il ne faudrait pas que « les gens pensent que c’est un montant nouveau qui est venu. Mais ça va intégrer le budget et venir consolider les dépenses qu’on est en train de faire et amortir les effets sur l’économie nationale.« 

Balla Yombouno

Articles Similaires

Kankan: les victimes font le bilan, 24 heures après

LEDJELY.COM

KABINET FOFANA : « toutes les options sont envisageables désormais »

LEDJELY.COM

FERMETURE DE RADIOS : l’intervention d’Alpha Condé requise

LEDJELY.COM
pulvinar sed justo consequat. mi, mattis lectus dolor