Ledjely.com
Accueil » Célébration à Conakry de journée internationale de la dignité des victimes de la traite d’être humains
A la une Actualités Societé

Célébration à Conakry de journée internationale de la dignité des victimes de la traite d’être humains

Le Comité national de lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées (CNLTPPA) a célébré en différé ce vendredi 7 août 2020, à la Maison de la presse, la Journée internationale de la dignité des victimes de la traite des êtres humains. Elle est placée sous le thème du renforcement du partenariat entre l’État et la société civile pour mettre fin à la pratique. Un plan d’action de deux ans a été déjà mis en place pour mettre en œuvre les recommandations du dernier rapport du département américain datant du 25 juin en vue de la prochaine évaluation d’ici à novembre prochain par l’ambassade des États-Unis en Guinée.

Un rapport qui épingle la Guinée dans la dernière sous catégorie des deuxième tiers, c’est-à-dire celle des pays sous surveillance. Une place qui pourrait reconduire la Guinée dans le troisième tiers comme en 2017 si les recommandations ne sont pas mises en œuvre.

Dans son intervention, Aboubacar Sidiki Camara, son président a expliqué que l’avènement dudit comité vient d’un constat de certaines organisations du Système des Nations-Unies, notamment l’Office des Nations-Unies contre la drogue et le crime, et l’Organisation internationale de la migration (OIM). « Pour mobiliser la communauté, les Etats, les organisations de la société civile, l’Assemblée générale des Nations-Unies a dédié le 30 juillet de chaque année à l’expression des efforts, de l’engagement des communautés, des États dans le cadre de la lutte contre la traite des êtres humains », a-t-il expliqué.

A lire  KANKAN : la direction régionale d’EDG équipée !

Poursuivant, il a indiqué que la Guinée est à la fois un lieu d’origine, de transit et de destination de la traite de personnes. « Nous avons eu aussi le réseau Freetown-Conakry : ce sont des jeunes filles qu’on recrute en Sierra-Leone, qui, de façon très curieuse viennent s’embarquer en Guinée pour être envoyées vers le Liban, le Koweït, l’Arabie Saoudite. Alors quand ces filles arrivent dans ces pays, elles sont reçues dans des familles d’accueil. On récupère votre passeport pour restreindre votre liberté de mouvement. Alors quand celles-ci vont chez leurs tuteurs, ces derniers ont un droit de vie ou de mort sur elles », a-t-il dénoncé.

Aboubacar Sidiki Camara s’est félicité de la mise en place d’un dispositif national de lutte contre la traite des êtres humains avec l’assistance technique de l’OIM, annonçant la mise en oeuvre prochaine du plan élaboré. « Nous avons élaboré notre plan d’action au mois de juin de cette année, un plan d’action qui est aligné à celui de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest, ndlr) qui doit servir de boussole à tous ses États… Ce plan d’action tourne autour de trois axes stratégiques notamment la prévention, la poursuite et la réintégration ». Il précise que ce rapport prévoit notamment la formation des magistrats et aux décisions de justice conformément aux recommandations.

Et d’annoncer un atelier de partage de documents sur la traite. « Nous avons estimé, dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations formulées dans le dernier rapport du département américain, qu’il fallait élaborer un plan d’action qui tient compte de nos réalités, de nos engagements internationaux », a-t-il précisé.

A lire  ALPHA CONDE : cette image qu’il fallait éviter

A noter que l’ancien comité interministériel de lutte contre la traite des êtres humains dans sa configuration actuelle a été créé le 17 février 2017 par décret pour donner deux places aux organisations de défense des droits des enfants et des femmes, et des partenaires techniques et financiers. Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Action sociale et des Personnes vulnérables, dont le représentant constitue d’office le secrétaire exécutif.

Hawa Bah

Articles Similaires

EDUCATION : la digitalisation, une réforme nécessaire dans l’organisation des examens

LEDJELY.COM

PRESIDENTIELLE 2020 : un sondage annonce jusqu’à 86 % de participation à Conakry

LEDJELY.COM

Suite à l’interdiction de sa manifestation, le FNDC « maintient sa marche sous la forme de résistance »

LEDJELY.COM

KANKAN : quand la politique devient un refuge pour les diplômés sans emploi

LEDJELY.COM

Benaouda Lebdai – « Les Écumes de la rancœur » de Yamoussa Sidibé

LEDJELY.COM

INSÉCURITÉ/SANOYAH-KM36 : deux personnes tuées par des hommes armés

LEDJELY.COM
Chargement....