Ledjely.com
Accueil » TIC : la Guinée lance la commercialisation de son backbone national
A la une Actualités Guinée TIC

TIC : la Guinée lance la commercialisation de son backbone national

La Société de gestion et d’exploitation du backbone national (SOGEB) a procédé à la cérémonie du lancement commercial du backbone national à fibre optique, l’internet haut débit, ce vendredi 11 septembre 2020 à son siège au quartier Kipé dans la commune de Ratoma, en présence de plusieurs hautes personnalités du pays notamment le Premier ministre, chef du gouvernement, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique.

Avant d’expliquer l’objectif du backbone national, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Oumar Saïd Koulibaly, a d’abord donner la définition de cet outil : « Le backbone national est une infrastructure à fibre optique qui constitue la dorsale de la communication numérique de notre pays et permet de transporter des  capacités importantes de données (voix, vidéo et internet) dans les différentes parties du territoire desservies. Elle permet donc de désenclaver numériquement les différentes localités et réduire ainsi la fracture numérique entre la capitale Conakry et les villes de l’intérieur du pays ».

Poursuivant, il a ajouté que « le projet de backbone national à fibre optique de Guinée s’inscrit dans l’objectif de promotion d’une société de l’information. Ce réseau long d’à peu près 4 500 kilomètres a été construit selon un modèle hiérarchique à deux niveaux : un réseau de niveau national constitué de deux anneaux principaux comprenant les chefs-lieux et région et toutes les préfectures du pays. Un réseau de niveau régional constitué de bretelle vers les six Etats frontaliers. La mise en œuvre de cette épine dorsale a consisté à construire un réseau fédérateur à fibre optique dans l’arrière-pays afin de desservir les 76 principales villes et d’autres centres administratifs du pays avec les dernières technologies de transmission à fibre optique. Et à partir de ces 76 sites, les zones rurales environnantes seront raccordées grâce à des technologies large bande  appropriées ».

Un peu plus loin dans son discours, le ministre a énuméré les retombées de la technologie du backbone national. « Elle permettra d’améliorer la compétitivité́ de notre économie nationale, d’opérer des transformations positives dans tous les secteurs sociaux (éducation, santé, renforcement des capacités et valorisation du capital humain de façon générale, simplification de la vie pour toutes les couches sociales), de créer les conditions pour un développement économique et social plus équilibré́ et de favoriser l’intégration sous-régionale. Elle permettra également de renforcer la cohésion sociale en faisant en sorte que les citoyens qui vivent dans les communautés rurales et isolées soient également en mesure de bénéficier pleinement du potentiel de développement économique et social qu’offrent les Technologies de l’information et de la communication. Elle concrétisera la vision d’une société́ intelligente, efficace et hors de danger : zone numérique (wifi gratuit à la portée du public), trafic intelligent (surveillance et contrôle de la circulation), sécurité́ publique (anti-menace malveillant), etc. Elle aura aussi pour impact une convergence effective des politiques et stratégies de développement des télécommunications, de l’audiovisuel et de l’informatique afin de tirer la meilleure partie des dernières innovations technologiques. Un faible coût d’accès des opérateurs à l’infrastructure, entraînant une concentration de leurs investissements sur le développement des services à valeur ajoutée et une réduction de leurs risques, rendant ainsi le secteur plus attractif », a-t-il enumeré.

Selon le directeur de la SOGEB, Sanoussi Dabo, le backbone subit fréquemment des coupures de la fibre suite aux travaux entrepris par les sociétés minières et routières. Et celles-ci rechignent à faire face à leurs instabilités de réparation. Dans son allocution, il dit solliciter l’intervention du président de la République. « Nous sollicitons votre intervention auprès des ministères de tutelles et des sociétés elles-mêmes pour non seulement éviter les coupures mais aussi prendre en charge la réparation des incidents dont elles sont responsables. Nous sollicitons également votre intervention pour une sensibilisation de la population guinéenne à travers les administrateurs territoriaux et les élus locaux pour que chaque guinéen devient le gardien de la sécurité des infrastructures du backbone national », a-t-il plaidé.

L’ambassadeur de la Chine en Guinée, Wang We, ne s’est pas retenu de féliciter le gouvernement pour l’accomplissement de cette étape importante  pour la filaire d’infrastructure numérique en Guinée. Le Backbone a été construit par la société chinoise Huawei Technology, avec la supervison du bureau français TACTIS, pour un coût total de 238 millions de dollars, financé à 90% par Eximbank de Chine et 10 % par le Gouvernement guinéen.

A rappeler que le projet a débuté depuis le 25 juillet 2015 par la pose de la première pierre à Dubréka présidée par le président Alpha Condé.

Mariama Ciré Diallo

Articles Similaires

KABINET KOMARA : « Il est impératif de mettre fin aux actes de destruction du tissu social »

LEDJELY.COM

GOUVERNEMENT/EPISODE #3 : quatre autres ministres confirmés par Alpha Condé

LEDJELY.COM

KANKAN : les encadreurs des écoles en zone rurale exigent le paiement de leurs primes d’incitation

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : l’intronisation de deux patriarches fait couler beaucoup de salive

LEDJELY.COM

DJIBOUTI : la stratégie chinoise de la dépendance et de l’influence

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : une mère de famille met fin à ses jours

LEDJELY.COM
Chargement....