Ledjely.com
Accueil » BAMBETO : le CNRD avertit « ceux qui ont commis des bavures »
A la uneActualitésGuinéePolitique

BAMBETO : le CNRD avertit “ceux qui ont commis des bavures”

Alors que la rencontre était initialement prévue avec le colonel Mamadi Doumbouya, c’est finalement une forte délégation du CNRD, dirigée par Mohamed Lion Bangoura, qui a rencontré les familles des victimes des violences politiques sous le régime d’Alpha Condé. Cette rencontre s’est tenue ce samedi 23 octobre 2021 à la mosquée Turque de Bambeto, dans la commune de Ratoma, en présence de plusieurs sages des différentes coordinations régionales. 

Au cours de son discours, Mohamed Lion Bangoura, délégué du comité national de rassemblement pour le développement a demandé pardon aux familles des victimes au nom du président de la transition même s’il estime « qu’il n  y a pas de pardon sans justice. Ceux qui sont morts, ne le souhaitaient pas. Et c’étaient les futurs cadres, présidents de ce pays. Je ne vais pas m’arrêter ici. Je serai jusqu’aux dernières frontières de la Guinée. Au nom du chef de l’Etat, président du CNRD, au nom de tout le peuple de Guinée, nous vous demandons pardon parce qu’il y aura la justice», lance-t-il, avant d’avertir ceux qui pensent qu’il n’y aura pas de justice. « Ils se trompent. Notre boussole comme l’a dit le Chef de l’Etat est la justice. Elle sera orientée vers tous ceux qui ont commis des bavures dans ce pays. Ils seront jugés un à un», a promis l’émissaire du colonel Mamadi Doumbouya,

Cependant, chez certaines familles des victimes, on pense que la justice passe avant le pardon. C’est le cas de Mamy Christine Bamba qui  demande d’abord la justice sur la mort de son défunt époux, feu Roger Bamba, décédé en détention à la maison centrale de Conakry. « Je demande d’abord la justice avant le pardon. Sans la justice, je ne peux pas pardonner. On veut le pardon, on veut pardonner, on veut la justice aussi. Pour le bonheur de la Guinée, je dois pardonner; mais, la justice avant le pardon ».

Fatou Badiar Diallo a aussi perdu son frère avant de se retrouver en prison suite au coup d’État raté contre le président Alpha Condé en 2011. Elle invite le Colonel Mamadi Doumbouya à panser ses plaies. « J’ai trop pleuré et j’ai fait pleurer des gens. Aujourd’hui, même si le colonel Doumbouya ne fait rien pour nous, au moins qu’il nous apporte le soutien moral » affirme-t-elle, avant d’accuser l’ancien régime de l’en vouloir mortellement après sa sortie de prison « ils ont envoyé des voitures piégées chez moi. C’est Dieu qui m’a sauvée. Seul Dieu est le juge, si le chef d’État m’écoute, je sais qu’il va m’écouter, j’ai à lui parler ».

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

Lutte contre la poliomyélite : Sekouba Bambino sensibilise à la vaccination

LEDJELY.COM

Retour à l’ordre constitutionnel : l’ANAD dénonce le « renoncement aux engagements »

LEDJELY.COM

Les Zawaguis : le ministre de la Culture rend hommage à feue Valé Kéba et s’engage pour Maman Hélène, la seule vivante du groupe

LEDJELY.COM

Kaloum : Mamadou Cifo Ké Touré rejoint les siens

LEDJELY.COM

Épidémie de diphtérie en Guinée : la communauté se mobilise pour la vaccination des enfants

LEDJELY.COM

Cifo Kètouré en prison : Michel Balamou fustige l’humiliation de l’enseignant

LEDJELY.COM
Chargement....