Ledjely.com
Accueil » KASSONGNAH-BABAYAH : le bras de mer transformé en dépotoir
A la une Actualités Société

KASSONGNAH-BABAYAH : le bras de mer transformé en dépotoir

A Kassongnah dans le secteur de Babayah Sud, non loin du KM-36, les populations ne disposent pas de décharge ni de poubelles publiques pour se débarrasser des ordures. Par conséquent, toutes les ordures ménagères collectées au sein des différents foyers sont jetées dans le bras de mer qui longe le secteur, un fait qui contribue fortement à la pollution de l’environnement. (Constat)  

Traoré Koumba, une habitante pas loin du bras de mer est souvent en accrochage avec ses voisins, « chaque fois, on discute ici parce que je refuse que les gens passent par-là [Chez elle]  pour jeter des ordures. Une fois, l’enfant de notre voisin et ma fille ont voulu se battre pour ça, ce n’est pas une poubelle ici. D’ailleurs, l’eau n’emporte jamais ces déchets et ça crée de la saleté à côté de nous et attirant les moustiques » se plaint-elle.

Pour Elie Tolno, un jeune élève habitant dans les environs, affirme qu’il n’y a pas un autre endroit pour jeter les ordures,  « on attend que les gens partent au travail pour jeter les ordures. En saison pluvieuse, on attend quand il pleut beaucoup pour déverser les déchets dans l’eau de ruissellement. Il n’y-a pas d’autres endroits où jeter les ordures et on-ne peut pas garder ça avec nous » explique le jeune élève

Pour Adama Keita, la mer et les cours d’eaux environnants sont les endroits les mieux indiqués pour se débarrasser des ordures, « je suis là depuis plus de sept ans. C’est ici on jette toujours les ordures. À force de brûler les ordures, on crée des problèmes de santé à tout le monde. Donc, dans le bras de mer c’est mieux » a-t-elle souligné sans la moindre gêne.

Contrairement aux précédents, Elisabeth Haba, une habitante du quartier, interpelle les autorités à tous les niveaux afin de trouver un moyen de collecte des ordures, « nous demandons l’aide de la commune et du gouvernement. Il faut qu’ils nous aident à avoir une décharge publique dans le secteur ou une PME de ramassage des ordures pour les acheminer vers les grandes décharges sinon, notre santé et celle de nos enfants sont menacées » plaide la vieille dame.

Pour certains citoyens qui sont éloignés du bras de mer, les parcelles non construites font office de décharge.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

BURKINA FASO : le capitaine Ibrahima Traoré a-t-il trop tôt crié victoire ?

LEDJELY.COM

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM
Chargement....