Ledjely.com
Accueil » La CEDEAO a intérêt à regarder les situations des pays au cas par cas (Ousmane Gaoual)
A la uneActualitésGuinée

La CEDEAO a intérêt à regarder les situations des pays au cas par cas (Ousmane Gaoual)

Si la junte au pouvoir ne fixe pas une date pour le retour à l’ordre constitutionnel, la Guinée pourrait se voir infliger des sanctions par la CEDEAO. C’est en tout cas ce que l’institution sous régionale a laissé entendre tout en donnant un délai qui expire ce lundi 25 avril. Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du gouvernement, a déclaré ce matin chez nos confrères de FIM FM que le pays n’agit pas sous contrainte.
Le porte-parole du gouvernement précise que les autorités ont déjà transmis un document à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest dans lequel le gouvernement a soutenu qu’il n’agira pas sous contrainte. « On a pas transmis un document et nous étions clair là-dessus depuis le début, le gouvernement guinéen n’agit pas sous des contraintes ou sous le dictat de qui que ce soit ou quelque soit cette organisation à laquelle nous sommes partie État et membre. Ce qu’il faut savoir, c’est que la Guinée en tant que membre fondateur de la CEDEAO n’a jamais remis en cause sa volonté de continuer à siéger dans cette organisation sous régionale. Maintenant, chacun doit accepter de jouer son rôle >>, a-t-il déclaré.
Contestant le rôle de de la CEDEAO depuis un certain temps, il assure que celle-ci s’est détourné de l’objectif d’être une institution au service des populations, donnant plus l’image de travailler pour quelques chefs d’Etats. Ce qui explique que le pays << prendra les décisions lorsque le moment viendra pour assumer aussi bien son indépendance et sa volonté de renforcer sa coopération dans le respect mutuel des uns et des autres États >>.
Sur la question de possibles sanctions que la Guinée pourrait subir, il fait savoir que l’institution a intérêt traiter la situation des pays au cas par cas pour éviter des sanctions qui ne tiennent compte d’aucune réalité. << La CEDEAO a intérêt aujourd’hui à regarder les situations des pays au cas par cas et à faire un diagnostic et à apporter des solutions adaptées. Les sanctions qui sont brandies par ci et par là, mais le Mali est sous sanctions et d’autres pays Ouest africains sont sous sanctions et alors? Est-ce que ça fait évoluer la situation de ces pays-là au regard de ce qui est recherché? le retour à l’ordre constitutionnel, l’amélioration des conditions de vie des populations et le cadre institutionnel ? Je pense que l’objectif de la CEDEAO devait être de renforcer la démocratie, les pays, les États de droit, le bien-être des populations et pas de les anéantir les uns après les autres sous des coups de sanction qui ne tiennent compte d’aucune réalité de quelque pays que ce soit >>, a lancé Ousmane Gaoual.
Il faut noter qu’à date, seule une feuille de route pour un retour à l’ordre constitutionnel a été proposée par le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.
Elisabeth Zézé Guilavogui 

Articles Similaires

25 août : il y a 66 ans…le face-à-face décisif Sékou Touré-Charles de Gaulle

LEDJELY.COM

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM
Chargement....