Ledjely.com
Accueil » GUINEE : l’UA appelle à la mise en œuvre du mécanisme de suivi de la Transition
A la uneActualitésAfriqueGuinéePolitique

GUINEE : l’UA appelle à la mise en œuvre du mécanisme de suivi de la Transition

C’est une recommandation qui prend certainement en compte l’une des exigences phares de la classe politique guinéenne, à savoir une forte implication de la communauté internationale dans la gestion de la Transition en Guinée. En effet, au terme de sa 1076ème réunion consacrée à l’examen des processus de transition politique en Afrique, le Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union africaine appelle, dans le cas de la Guinée, à la « mise en œuvre du Mécanisme de suivi de la transition, comprenant l’UA, la CEDEAO, l’ONU et toutes les autres parties prenantes concernées ». Le communiqué parle de « mise en œuvre », parce qu’une précédente réunion du même conseil, en date du 10 septembre 2021, avait recommandé la mise en place de ce mécanisme de suivi, comme « cadre global pour un soutien et un suivi coordonnés de la transition en Guinée ».

Cet appel de l’instance panafricaine vient s’ajouter à d’autres initiatives du même genre auxquelles la junte guinéenne a néanmoins jusqu’ici opposées un niet catégorique. C’est ainsi que l’idée de la désignation d’un facilitateur dans la crise guinéenne par la CEDEAO avait, elle aussi, été rejetée. Par ailleurs, le souhait des acteurs politiques et de la société civile, que le dialogue entre les forces vives et le CNRD se fasse en présence des partenaires techniques et financiers n’a, lui non plus, jamais été avalisé par le colonel Mamadi Doumbouya et ses camarades. C’est même un des principaux points d’achoppement à propos du cadre de dialogue que réclament les forces vives.

Le Conseil Paix et Sécurité met également en exergue l’importance « d’un processus politique inclusif », prenant pleinement en compte « toutes les couches de la société guinéenne ». A cet égard, l’organe de l’Union africaine invite les autorités de la Transition à poursuivre les « consultations avec les différentes parties prenantes, y compris les acteurs politiques et la société civile, sur les défis auxquels le pays est confronté, afin d’instaurer la confiance et de renforcer le caractère inclusif du processus de transition ».

Il est aussi question dans le communiqué de l’UA de l’exigence en faveur de la libération totale de l’ancien président, Alpha Condé. Ancien président cité dans une enquête portant sur les crimes de sang enregistrés sous son règne en général et dans le sillage de la contestation de son troisième mandat en particulier. Mais un communiqué du CNRD rendu public ce vendredi 20 mai informe qu’Alpha Condé repart de nouveau à l’étranger pour des raisons de soins.

Enfin, le CPS reprend à son compte l’exigence de la CEDEAO en faveur de « l’établissement d’un calendrier de transition avec des échéances clairement définies et des actions prioritaires du gouvernement ». A cet égard, il importe de préciser qu’à la suite d’une proposition initiale du président de la Transition portant sur un chronogramme de 39 mois, le Conseil national de Transition a récemment adopté une résolution relative à un chronogramme finalement réduit à 36 mois. Si cette durée rencontre déjà une forte opposition de la classe politique et des acteurs de la société civile, elle n’a pas encore fait l’objet d’appréciation de la communauté internationale dont la CEDEAO.

Ledjely.com  

Articles Similaires

Blaise Goumou : « Si on était à la CPI, ça allait être une honte pour la Guinée »

LEDJELY.COM

Mort de Thierno Mamadou : « C’est notre hiérarchie qui nous a dit de tirer »

LEDJELY.COM

Enseignement Supérieur : le colonel Doumbouya nomme plusieurs responsables

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : Blaise Goumou confondu sur une de ses affirmations

LEDJELY.COM

Simandou et Accord-Cadre Sino-Guinéen : redémarrage des travaux de construction en mars 2023 !

LEDJELY.COM

Cellou Dalein Diallo : « Nous sommes aussi des Guinéens… »

LEDJELY.COM
Chargement....