Ledjely.com
Accueil » PANAFRICANISME : des pères fondateurs de l’OUA aux Africtivistes
A la uneActualitésAfriqueInterviewPolitique

PANAFRICANISME : des pères fondateurs de l’OUA aux Africtivistes

A l’occasion de la journée mondiale de l’Afrique célébrée ce 25 mai, en référence à la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), en 1963, nous reprenons ici la chronique hebdomadaire du Timbuktu Institute en partenariat avec Medi1TV (#HebdoAfricain). Chronique qui, cette semaine, se trouve fort justement consacrée à la thématique du panafricanisme, via un entretien avec Dr. Bakary Sambe. Dans cet entretien, ce dernier revient sur le processus de la construction de l’unité africaine malgré ses péripéties et les obstacles encore réels. Il insiste surtout sur le décalage qu’il y a entre les lenteurs des processus politiques et le désir d’unité chez les peuples qui évolue selon différentes trajectoires. Sambe insiste beaucoup sur l’arrivée sur la scène continentale de nouvelles générations faisant de l’idée de panafricanisme un instrument de libération paradigmatique et un moyen d’accélérer la souveraineté du continent. Selon le directeur du Timbuktu Institute, la montée en puissance d’une « pensée critique africaine et alternative » chez les intellectuels et universitaires de même que des mouvements des jeunes boostés par la « conquête des réseaux sociaux » introduit une véritable rupture et une « tendance irréversible » que les partenaires internationaux de l’Afrique, gagneraient à prendre en considération.

En cette journée du 25 mai ou on célèbre les 59 ans de l’organisation de l’unité africaine, la thématique du panafricanisme semble encore en plein cœur du débat socio-politique voire géopolitique. Mais aujourd’hui peut-on dire que l’idéal de l’unité africaine a fait un certain pas depuis les pères fondateurs ?

Rappelons que le terme « panafricain » est apparu, pour la première fois, à la fin du xixe siècle lors de la préparation de la Première Conférence panafricaine de 1900. Mais dès les luttes pour l’indépendance et juste après l’accession des premiers pays à la souveraineté internationale, les leaders du continent l’ont adopté. Les pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) s’étaient divisés sur l’orientation de cette organisation entre le groupe dit de Casablanca dès 1961 et un autre dit de Monrovia. Mais il y avait un idéal d’unité, de construction de l’unité continentale ayant abouti à la création de l’OUA en 1963 avec une Charte historique. Il y a eu certes des péripéties mais des avancées mais aussi des évolutions importantes ayant permis par exemple le retour du Maroc dans sa famille africaine naturelle et l’impulsion d’un nouveau souffle. Les pères fondateurs ont donc posé un jalon important. Mais le rêve caressé d’une unité africaine au sens d’une parfaite intégration a encore du chemin à faire pour se réaliser.

Justement, devenue Union africaine depuis 2002, l’organisation panafricaine a-t-elle réussi à impulser une nouvelle dynamique pour prendre en compte ce désir d’intégration au moment où les peuples en font une véritable demande ? En quelque sorte les États et le leadership politique ont-ils répondu à cette préoccupation des peuples ?

Oui, il y a eu la déclaration historique de Syrte de septembre 1999, lors d’une session extraordinaire de l’OUA en Libye sous l’impulsion de Khadhafi pour que l’OUA devienne l’Union africaine au Sommet de juillet 2002, à Durban en Afrique du Sud. Le désir d’intégration des peuples a quand même poussé le leadership politique à déployer de efforts importants. Aujourd’hui, l’idée de la ZLECAF dont le processus de négociation a été lancé à Johannesburg depuis 2015 et qui a suscité un immense espoir de voir enfin les organisations économiques sous-régionales regroupées au sein d’une Zone de libre échange pour les 55 États-membres. Le 1er janvier 2021, la ZLECA est mise en place pour les pays ayant ratifié l’accord. Mais je dis souvent que les peuples africains semblent en avance sur le leadership politique dans cette prise de conscience d’une unité continentale, principe parfaitement intégré mais qui butte encore sur d’innombrables obstacles.

On a vu récemment une autre thématique celle de la souveraineté surtout par rapport à l’Europe s’imposer au niveau d’une jeunesse et des activistes au Mali, au Burkina Faso et dans toute la région qui développent un autre panafricanisme accentué par les réseaux sociaux. Est-ce une simple révolte juvénile ou une nouvelle conscience panafricaine ?

C’est dans l’air du temps. La jeunesse africaine aspire désormais à une libération d’abord paradigmatique du continent avec la montée en puissance d’une réflexion critique alternative incarnée par des personnalités universitaires d’envergure comme Felwine Sarr, Achille Mbembé, Mehdi Allioua et tant d’autres ainsi que des mouvements de pensée, et des approches critiques sur le présent et l’avenir du continent qui ont abouti, par exemple, à la mise en place du Rapport Alternatif Sur l’Afrique (RASA), du Timbuktu Institute entre autres cadres de réflexion et de recherche. Les jeunes boostés par la conquête des réseaux sociaux et la démocratisation de l’accès au savoir et à l’information ont franchi une étape importante dans la quête de souveraineté sur tous les fronts. Il y a une nouvelle dynamique qui a même poussé les partenaires occidentaux de l’Afrique à reconsidérer leurs politiques. Cette tendance ne changera pas et des mouvements de jeunes comme les Africtivistes, pèsent aujourd’hui sur l’avancée des conquêtes démocratiques et de la souveraineté. Le ton est donné d’un renouveau africain avec une parfaite conscience d’une unité africaine mentalement acquise et d’une souveraineté qui ira grandissante. Certes, il faudra encore de la volonté politique et surtout une prise de conscience de la communauté internationale que la rupture est désormais amorcée qui sera, certainement, difficile. Mais, je pense qu’aujourd’hui, l’élan de la construction de l’unité africaine, d’une souveraineté grandissante et d’une jeunesse affranchie du poids de l’histoire et de la domination est désormais irréversible.

Source : http://timbuktu-institute.org/

Articles Similaires

Winning Consortium Simandou accompagne l’AGESPI dans le renforcement des capacités de son personnel

LEDJELY.COM

Affaire Sonko : ‘’Corruption de la jeunesse’’, parodie de justice

LEDJELY.COM

Kérouané-Beyla : un tronçon oublié par l’Etat guinéen

LEDJELY.COM

AGL Guinée s’engage pour l’éducation locale avec l’inauguration d’une école primaire à Bendèfikhè

LEDJELY.COM

Lutte contre les MGF à Boké, Conakry et Kindia

LEDJELY.COM

Appel d’offres : la CBG recrute un responsable de la gestion fournisseurs et des prestataires externe (H/F)

LEDJELY.COM
Chargement....