Ledjely.com
Accueil » Crimes de sang sous Alpha Condé : où en est la procédure ?
ActualitésGuinéePolitique

Crimes de sang sous Alpha Condé : où en est la procédure ?

Les auditions des familles de victimes de violences et d’assassinats sous le régime de l’ex président Alpha Condé, ont commencé le 20 janvier 2023 à la Cour d’Appel de Conakry. Au total, ce sont plus de 260 familles victimes qui seront entendues au cours de cet autre exercice. Interrogé par un reporter de votre quotidien en ligne leDjely.com, Me Thierno Souleymane Baldé, avocat de ces victimes a expliqué la procédure. 

Selon lui, les victimes viennent à titre individuel. L’enquête préliminaire a été engagée. L’objectif de cette procédure, selon Me Baldé, est de recueillir les éléments d’informations qui pourraient permettre d’identifier les auteurs d’assassinats et les commanditaires. « Au niveau de la commune de Ratoma, il y a eu plus de 260 victimes. Mais au-delà des cas d’assassinats, il y a aussi ceux qui sont victimes de coups et blessures, de destruction de biens matériels. C’est lorsqu’on finira d’auditionner les victimes qu’on aura un chiffre exact », a-t-il expliqué.

Me Thierno Souleymane Baldé dit défendre les parents des victimes à titre de bénévolat. Selon lui, si la procédure connaît un certain retard, c’est parce que plusieurs de ces jeunes tués étaient généralement ceux qui subvenaient aux besoins de leurs parents, en faisant par exemple le taxi-moto, la mécanique ou étaient chauffeurs. « Il y a certains qui n’ont même pas de quoi manger par jour. Chacun d’entre eux souhaite connaître l’identité de celle ou de celui qui a ôté la vie à son enfant. Depuis leurs assassinats, leurs familles sont laissées à l’abandon. Il n’y a pas de soutien financier derrière. C’est un calvaire que les familles des victimes traversent. Malheureusement, ce sont des gens qui sont laissés à leur propre sort. Ils souffrent énormément. C’est pourquoi je les aide à titre de bénévolat », a expliqué l’avocat.

Pourtant, indique-t-il, il y a certaines personnes qui avaient proposé d’apporter un soutien financier. Une proposition qu’il dit avoir refusé parce qu’une association n’a pas été mise en place. « C’est cette association, en principe, qui devra gérer les fonds qui sont collectés. Mais s’il y a des personnes qui veulent venir en aide à ces personnes, nous allons faire en sorte que cela revienne directement aux parents des victimes, sans aucun intermédiaire », a fait savoir Me Baldé.

Après l’enquête préliminaire, le dossier sera transféré au tribunal de première instance de Dixinn pour qu’il y ait l’ouverture d’une information judiciaire au niveau du juge d’instruction qui va instruire à charges et à décharges. « Ce qui nous permettra éventuellement de procéder à des inculpations au niveau des auteurs d’assassinats et des commanditaires », a-t-il conclu.

Aliou Nasta

Articles Similaires

L’Office national du tourisme (ONT) au cœur de la 5ème édition du Kania Soli à Kindia

LEDJELY.COM

Tabaski : le général Doumbouya fête dans sa ville natale de Kankan

LEDJELY.COM

Sadiba Koulibaly : la dégringolade

LEDJELY.COM

Haute Guinée : Déconstruire le mythe autour de la non-collaboration des populations avec les programmes de développement

LEDJELY.COM

Kissosso : un accident de la circulation fait plusieurs blessés graves

LEDJELY.COM

BEPC 2024 : Djiba Diakité lance les épreuves à Dixinn

LEDJELY.COM
Chargement....