Ledjely.com
Accueil » Conakry : lancement d’un centre dédié à l’assistance judiciaire des victimes de violation des droits humains
ActualitésGuinéeSociété

Conakry : lancement d’un centre dédié à l’assistance judiciaire des victimes de violation des droits humains

Financé par la Fondation OSIWA (Open Society Initiative for West Africa), le centre d’assistance juridique et judiciaire des victimes de violation des droits de l’homme en Guinée, encore appelé ‘’Maison de la justice en Guinée’’, se donne pour vocation de « répondre à la forte demande des citoyens victimes de répression des forces de défense et de sécurité et autres agents de l’Etat ». Pilotée par la Coalition guinéenne pour la Cour pénale internationale, sa création s’inscrit dans le cadre des efforts permettant aux citoyens d’accéder à la justice. Le lancement de ses activités a donné lieu à une conférence de presse animée, le vendredi 12 mai, par notamment Me Hamidou Barry, le président de la coalition. 

Les principaux objectifs du centre sont, entre autres :

  • Lutter contre l’impunité des atrocités passées et récentes,
  • Déployer des efforts auprès des juridictions du pays et à l’étranger, notamment devant la Cour de justice de la CEDEAO, pour identifier les présumés auteurs des violations des droits de l’Homme,
  • Organiser des campagnes de plaidoyer pour la fin de l’impunité,
  • Informer et sensibiliser les citoyens sur l’aide juridictionnelle,
  • Accompagner les victimes à travers des avocats expérimentés devant les cours et tribunaux,
  • Organiser des campagnes de communication radiophoniques sur l’aide juridictionnelle,
  • Créer une base de données de statistiques des cas de violations des droits de l’homme,
  • Vulgariser le mécanisme d’aide juridictionnelle à travers un manuel en bandes dessinées.

Pour atteindre ces objectifs, les animateurs du centre voudraient compter, au-delà du ministère de la Justice et des Droits de l’homme et tous les acteurs de la chaine pénale, sur « l’engagement de la société civile, la participation des victimes à travers les récits et témoignages lors des auditions, la coopération de la médecine légale, l’implication des médias publics et privés et le soutien des partenaires internationaux notamment le Bureau du Haut-commissariat des Nations-unies aux Droits de l’Homme et des Institutions diplomatiques accréditées en Guinée ».

Promettant d’être à la hauteur de la confiance placée en elle, la Coalition guinéenne pour la Cour pénale internationale (CGCPI), invite les victimes « passées ou récentes » de violation des droits de l’Homme son centre d’assistance « afin de bénéficier de l’expérience et de l’expertise de ce dernier ».  Un centre qui dispose « d’un pool d’avocats engagés pour soutenir le travail de la justice guinéenne dans le cadre de la lutte contre l’impunité dans notre pays », a conclu Me Hamidou Barry.

Aminata Camara

Articles Similaires

Indépendance de la justice : ces révélations troublantes de Kairaba Kaba

LEDJELY.COM

Kissidougou : A peine installé, le président de la délégation spéciale décline ses priorités

LEDJELY.COM

Enseignement pré-universitaire : le ministre corrige le calendrier des examens

LEDJELY.COM

Justice : Yaya Kairaba Kaba prohibe les « décolletés, faux-cils et ongles »

LEDJELY.COM

ANAQ-Guinée : avis général de passation des marchés publics

LEDJELY.COM

SONAP : la ‘’construction de nouveaux dépôts pétroliers’’, la priorité de Moussa Cissé

LEDJELY.COM
Chargement....