Ledjely.com
Accueil » Budget : le CNT adopte le volet dépenses de la LFR 2023
A la uneActualitésEconomieFinancesGuinée

Budget : le CNT adopte le volet dépenses de la LFR 2023

Une semaine après l’adoption du volet recettes de la Loi de Finances Rectificative 2023, les conseillers nationaux ont adopté ce mardi 26 septembre 2023 le volet dépenses de la même loi, à l’hémicycle du palais du peuple. C’était en présence des membres du gouvernement et du gouverneur de la Banque centrale, entre autres. 

Dans son rapport, la commission des Affaires financières et du Contrôle budgétaire du Conseil national de la Transition a indiqué le volet dépenses de la LFR 2023 s’équilibre à 37 249,45 Mds contre une prévision initiale de 36 106,74 Mds, soit une augmentation de 1 142,70 Mds (3,16%). Ainsi qu’on peut le voir dans le tableau ci-dessous :

Dans les détails, selon le même rapport, les dépenses du budget général se résument en :

  1. Dépenses courantes pour 21 622,88 Mds contre 20 815,18 Mds soit une augmentation de 807,71 Mds. Elle porte sur les dépenses de personnel pour 471,05 Mds, les dépenses de biens et services pour 138,92 Mds et les dépenses de transfert pour 379,54 Mds. Cette augmentation est atténuée par une baisse des charges financières de la dette pour 181,80 Mds. Ces dépenses sont constituées de :
  • Des Charges financières de la dette :La charge financière de la dette est révisée à 1 063,20 Mds de GNF contre une prévision initiale de 1 245,00 Mds soit une diminution de 181,80 Mds (-14,60%) due essentiellement à l’appréciation du franc guinéen par rapport aux devises étrangères ;
  • Des Dépenses de personnel : Elles sont révisées à 7831,50 Mds contre 7 360,45 Mds en LFI 2023, soit une hausse de 471,05 Mds (6,40%) qui s’explique particulièrement par le recrutement de nouveaux agents et l’avancement en grade pour le compte du Ministère de la Défense Nationale. Elles sont atténuées par les ajustements à la baisse effectués au niveau de certains départements ministériels notamment celui de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation ;
  • Des Dépenses de biens et services : Elles sont revues à la hausse à 4 116,86 Mds contre 3 977,94 Mds, consécutivement à la prise en compte des frais de réquisitions relatifs aux rappels des diplomates retraités dans les Ambassades et Consulats, de l’achat de matériels didactiques pour la rentrée des classes, de l’acquisition des documents sécurisés, de la formation des formateurs au niveau de l’Enseignement Supérieur et des arriérés de consommations d’eau de l’administration ;
  • Des Dépenses de transfert : Elles sont projetées à 8 611,32 Mds contre 8 231,78 Mds, soit une augmentation de 379,54 Mds (4,61%) due fondamentalement au virement de crédits opéré en faveur du Fonds de Développement de l’Agriculture (FODA) du ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (Guichet Choc Alimentaire), atténuée par d’autres modifications de crédits intervenues au cours de l’exécution. La part des dépenses de transfert dans les dépenses courantes se situe à 39,83% contre 39,55% et représente 3,95% du PIB.
  1. Dépenses d’investissement :pour 14 429,41 Mds contre 14 005,65 Mds, soit une hausse de 423,76 Mds (3,03%). Elles représentent 40,02% des dépenses du budget général contre 40,22% en LFI et se décomposent en : dépenses d’investissement projets et programmes pour 12 833,39 Mds (87,46%) ; dépenses d’investissement hors projets pour 1 839,98 Mds (12,54%).

Les dépenses d’investissement projets et programmes sont financées sur ressources intérieures pour 5 883,69 Mds et sur ressources extérieures pour 6 949,70 Mds. Quant aux dépenses d’investissement hors projets, elles concernent les acquisitions d’actifs non financiers pour 1 089,17 Mds, les prises de participation pour 226,64 Mds et le Fonds d’Entretien Routier pour 524,16 Mds.

Les budgets d’affectation spéciale sont révisés à 1 197,15 Mds contre 1 285,91 Mds en LFI 2023, soit une baisse de 88,77 Mds (-6,90%). Ils concernent :

  • Le Fonds National de Développement Local (FNDL)pour 429.99 Mds contre 569,96 Mds en LFI, soit une baisse de 139,97 Mds ;
  • Le Fonds de Développement des Communes de Conakry (FODECCON) pour 256,37 Mds contre 342,21 Mds, soit une baisse de 85,84 Mds ;
  • Le Fonds d’Investissement Minier (FIM)pour 143,33 Mds contre 189,99 Mds, soit baisse de 46,66 Mds ;
  • Le Fonds Commun de l’Education (FCE)pour 367,46 Mds contre 183,76 Mds, soit une augmentation de 183,70 Mds.

Les programmes financés sur ressources extérieures sont à hauteur de 6 949,70 Mds dont 664,15 Mds en emprunts et 1 285,55 Mds en dons. Ce montant est alloué aux secteurs d’activité ci-après :

  • Infrastructures : 3 555,99 Mds (51,17%) ;
  • Développement rural :1266,07 Mds (18,22%) ;
  • Mines- Industrie-Énergie :1 015,60 Mds (14,61%) ;
  • Social : 779,41 Mds (11,21%) ;
  • Administration et décentralisation :332, 63 Mds (4,79%).

Le volet dépenses de la LFI 2023 a été adopté par la majorité des conseillers présents à l’hémicycle.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Conakry : Salifou Camara Super V rejoint sa dernière demeure

LEDJELY.COM

Urgent : Joe Biden annonce le retrait de sa candidature et soutient Kamala Harris

LEDJELY.COM

Marc Yombouno ironise : « On refuse Alpha Condé, on félicite Paul Kagamé »

LEDJELY.COM

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM
Chargement....