Ledjely.com
Accueil » Touguiwondy : des malfrats aux abords de l’école primaire, une cohabitation indécente
A la uneActualités

Touguiwondy : des malfrats aux abords de l’école primaire, une cohabitation indécente

Si des bonnes volontés à l’instar Abdoulaye Amie Soumah s’efforcent de garantir un minimum de conditions de formation aux élèves de l’école primaire de Touguiwondy, il faut dire que cette dernière est menacée par l’environnement dans lequel elle est située. En marge de la cérémonie de remise du don de l’Association des anciens élèves à l’école, le mercredi dernier, le reporter du Djely a pu constater que les abords de l’établissement envahie par des jeunes potentiellement délinquants. Comprenant quelques femmes, ces jeunes y ont installé des cabanes et des baraques de fortune à l’intérieur desquelles ils consomment toutes sortes de stupéfiants et se laissent aller à d’autres formes de déviance.

Pour les élèves évoluant dans cette école, ce n’est pas le meilleur environnement. Et les responsables de l’école s’en inquiètent. D’autant que ces voisins encombrants n’hésitent pas à s’attaquer à l’école. « Je les appelle nos voisins du sud. Ils escaladent même les murs et parfois ils font des attaques à mains armées. Ils menacent nos gardiens. On est même parfois obligé d’appeler la police à côté pour intervenir. C’est l’un de mes soucis majeurs aujourd’hui, en tant que directeur de l’école de Touguiwondy », reconnait Alphonse Guilavogui.

Mais le pauvre directeur reste plutôt limité. Il a déjà averti les autorités communales, éducatives et sécuritaires.  Mais en vain.  Pourtant, à ses yeux, il n’y a pas mille solutions. « C’est de détruire tous ces hangars et baraques » recommande-t-il.

Ancien élève de l’école primaire de Touguiwondy, résidant désormais aux Etats, Abdoulaye Amie Soumah, qui vole au secours de l’établissement à chaque fois qu’il en a l’opportunité, est aussi préoccupé par la nuisance potentielle que cet environnement toxique représente pour l’école. Il ne servirait pas à grand-chose de vouloir inculquer des valeurs morales à des enfants, si facilement exposés à toutes sortes de déviance, admet-il. « Je souhaite que les gens sachent que nous avons vraiment de sérieux problèmes avec ces jeunes. Les encadreurs continuent de faire ce qu’ils peuvent, mais malheureusement on a aussi ces jeunes qui constituent une menace pour les élèves. Et ça c’est un domaine que nous ne pouvons pas contrôler. Parce qu’on ne contrôle pas la police ou la gendarmerie. On souhaite vivement qu’ils viennent nous aider à dégager ces jeunes d’ici. C’est un problème qui dépasse complètement nos compétences », lance-t-il à l’endroit des autorités.

Aliou Nasta

Articles Similaires

Guinée : les Forces vives agitent le spectre d’une manifestation

LEDJELY.COM

« Je suis heureuse de recevoir ce vaccin contre la COVID-19 », Agnès, 14 ans

LEDJELY.COM

Transition : « Guinéens, j’implore notre responsabilité à tous »

LEDJELY.COM

Guinée : de l’importance de la protection des données à caractère personnel

LEDJELY.COM

Accident ferroviaire : le train de la compagnie Rusal déraille au niveau de Kaporo-rails

LEDJELY.COM

Le Pont unique de Tanènè : à date, tous les grands travaux sont bouclés

LEDJELY.COM
Chargement....