Ledjely.com
Accueil » Budget 2024 : les prévisions de dépenses et de recettes revues à la hausse
ActualitésBudgetEconomie

Budget 2024 : les prévisions de dépenses et de recettes revues à la hausse

Le gouvernement guinéen a présenté ce vendredi 22 décembre 2023 à l’hémicycle, le Projet de Loi de Finances initiale 2024 devant les conseillers nationaux de la transition, à l’occasion d’une cérémonie qui a connu la présence du premier ministre, du ministre des Finances, du Budget et du Plan ainsi que du Gouverneur de la BCRG. 

La présentation du Projet de loi de finances initiales 2024 intervient dans un contexte marqué par l’explosion du dépôt d’hydrocarbures de Kaloum. Le PLFI dont l’élaboration est antérieure à l’incendie, ne prend celui-ci.

Dans son intervention, le ministre du Budget a indiqué qu’au titre des recettes, les prévisions sont estimées à 30 388,58 Mds contre 29 029,32 Mds dans la Loi de Finances Rectificative (LFR) 2023, soit une augmentation de 1 359.26 Mds (+4,68%). Par rapport aux prévisions en loi de finances initiale de 2023, cet accroissement se situe à 8,9%. Cette prévision de recettes se décompose en budget général pour 29 339.94 et en budgets d’affectation spéciale (BAS) pour 1 048,64 Mds.

Les recettes du Budget général se répartissent en :

  • Recettes fiscales pour 26 286,27 Mds, soit une augmentation de 1 619.68 Mds par rapport à la LFR 2023 ;
  • Dons pour 1088,44 Mds, soit une diminution de 197.11 Mds comparés à la LFR 2023 ;
  • Autres recettes pour 1 965,23 Mds, soit une augmentation de 85.21 Mds par rapport à la LFR 2023.

Quant aux Budgets d’Affectation Spéciale (BAS), une baisse de 148,51 Mds est constatée, imputable aux ressources du BAS Fonds Commun de l’Éducation.

Les Budgets d’Affectation Spéciale (BAS) se présentent comme suit :

  • Le Fonds National de Développement Local (FNDL) pour 460,94 Mds. Soit un accroissement de 33,95 Mds ;
  • Le Fonds de Développement des Communes de Conakry (FODECCON) pour 307.91 Mds, soit une augmentation de 51,54 Mds ;
  • Le Fonds d’investissement Minier (FIM) pour 153.65 Mds, soit une hausse de 10,32 Mds ;
  • Le Fonds Commun de l’Education (FCE) pour 126,13 Mds. Soit une baisse de 241,33 Mds.

S’agissant des recettes des régies financières, elles se répartissent ainsi qu’il suit :

  • Direction Générale des Impôts : 15 500 Mds contre 14 845,52 Mds dans la LFR 2023. Soit un accroissement de 4,41% ;
  • Direction Générale des Douanes : 10942.31 Mds contre 9 793,55 Mds en LFR 2023, soit un accroissement de 1,17% ;
  • Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique : 2731,70 Mds contre 2737.24 Mds en LFR 2023, soit une baisse de 0.20%.

Selon le ministre, ce niveau de recettes porte le taux de pression fiscale à 13.39% du PIB contre 12% en Loi de Finances Rectificative 2023.

Concernant les dépenses, elles passent de 37 249,45 Mds en Loi de Finances Rectificative 2023 à 38 030.22 Mds en 2024, soit une augmentation de 780.77 Mds (+2.10%), rapportées au PIB.

Les dépenses du budget général augmentent de 929,28 Mds par rapport à la LFR 2023 tandis que les charges des budgets d’affectation spéciale enregistrent une baisse de 12,41% par rapport à celles de la LFR 2023.

Les charges financières de la dette se chiffrent à 1 406.23 Mds. Soit un accroissement de 343,03 Mds (+32,26%) par rapport à la LFR 2023. Cette hausse s’explique principalement par la prise en compte des échéances des émissions d’obligation du trésor de 2022 et 2023.

Les dépenses de personnel sont évaluées à 9 265,80 Mds, soit une augmentation de 434,30 (+18.31%) par rapport à la LFR 2023. Ce niveau de prévision prend en compte le recrutement de nouveaux fonctionnaires en 2024, l’impact du protocole d’accord entre le mouvement syndical et le Gouvernement et l’accroissement des primes en raison des événements projetés en 2024,

Les dépenses de biens et services sont chiffrées à 4342,35 Mds, soit une hausse de 225,49 Mds (+5,48%). Ces dépenses absorbent environ 15% des recettes hors dons. Cette projection prend en compte les activités liées au chronogramme de la Transition, la consommation en eau et électricité de l’administration publique, les charges de fonctionnement des forces de défense et de sécurité et l’achat de médicaments et de vaccins.

Les dépenses de transfert sont portées à 7 405.15 Mds, soit une baisse de 1206.17 Mds (-14,01%), due principalement à la réduction de la subvention accordée à EDG.

Le ministre Lancinè Condé a fait remarquer que l’évaluation des dépenses de transfert a pris en compte les dépenses de pensions civiles et militaires revalorisées conformément au protocole d’accord entre le mouvement syndical et le Gouvernement, le reliquat de la contrepartie guinéenne pour le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH), l’assainissement du Grand Conakry, les bourses et compléments de bourses des étudiants à l’intérieur et à l’extérieur du pays, les contributions internationales ainsi que l’alimentation et les frais médicaux des détenus.

Quant aux dépenses d’investissement, elles sont évaluées à 14 562.05 Mds. Soit une hausse de 132.65 Mds Elles représentent 39.38% des dépenses du budget général et se décomposent comme suit :

  • Investissement projets et programmes : 13 099 92 Mds ;
  • Investissement hors projets et programmes : 1 462.13 Mds.

Ces dépenses concernent essentiellement, souligne le ministre, la réalisation des projets et programmes prioritaires, l’acquisition de 50 nouveaux bus de transports en commun pour soulager les citoyens, l’allocation au Fonds d’Entretien Routier pour améliorer l’état de nos routes, et la souscription aux prises de participation.

Il convient de noter que les dépenses d’investissement plus les BAS se maintiennent relativement au même niveau qu’en LFR 2023, autour de 15 611 Mds, représentant 41% des dépenses totales. Elles sont financées à hauteur de 51% sur ressources intérieures et de 49% sur ressources extérieures.

Par ailleurs, il convient de souligner que le Projet de Loi de Finances met un accent particulier sur les dépenses de certains secteurs, à savoir :

La santé et l’éducation pour 20% ;

La défense, sécurité et justice pour 15% ;

Les infrastructures et transports pour 9%.

Le ministre a fait savoir dans son discours que l’une des principales contraintes de ce PLF 2024 concerne surtout le niveau considérable des dépenses obligatoires ou inéluctables qui sont estimées à 17 741.65 Mds, soit 63.72% du total des recettes liquides prévues en 2024. Elles concernent entre autres :

  • Les charges financières de la dette pour 1 406,23 Mds ;
  • Les traitements et salaires pour 9 234,04 Mds ;
  • Les charges relatives à la mise en œuvre du chronogramme de la transition pour 900 Mds dont 47 Mds pour le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) ;
  • Les bourses d’entretien des étudiants et des apprenants des écoles techniques et professionnelles pour 251.76 Mds ;
  • La subvention aux établissements hospitaliers pour 319.82 Mds ;
  • La subvention au secteur de l’énergie (EDG) pour 2.000 Mds ;
  • La subvention aux institutions républicaines pour 243.65 Mds ;
  • Les dépenses des budgets d’affectation spéciale sur ressources propres pour 922.50 Mds.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Axe Lambanyi-Hamdallaye : la grève plutôt suivie

LEDJELY.COM

Grève générale : les travailleurs du secteur de la monnaie électronique observent le mot d’ordre

LEDJELY.COM

Grève générale : de la T7 à Enco 5, boutiques, magasins et banques fermés

LEDJELY.COM

Grève générale : la ville de Kankan au ralenti

LEDJELY.COM

Grève générale : les activités paralysées le long de l’autoroute Fidel Castro

LEDJELY.COM

Grève générale : banques et assurances fermées, circulation paralysée sur l’axe Sonfonia-Kipé

LEDJELY.COM
Chargement....