Ledjely.com
Accueil » Comment la Guinée lutte contre une nouvelle épidémie de poliomyélite ?
Actualités

Comment la Guinée lutte contre une nouvelle épidémie de poliomyélite ?

Malgré les difficultés, le gouvernement guinéen et les partenaires de l’Initiative Mondiale pour l’Éradication de la Poliomyélite, dont l’UNICEF fait partie, veillent à ce que chaque enfant puisse recevoir sa dose de vaccin. 

En octobre 2023, le gouvernement guinéen et les partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), la Fondation Bill et Melinda Gates et Gavi, l’Alliance pour les vaccins, ont mis en œuvre une campagne nationale de vaccination visant à immuniser plus de 3 millions d’enfants de moins de Cinq ans contre la poliomyélite.

© UNICEF Guinée/Le Lijour
Un mobilisateur communautaire utilise un mégaphone pour informer les gens qu’une vaccination contre la polio a lieu dans leur village. Guinée

Bien que le soleil soit à peine levé le matin du 27 octobre 2023, la Guinée était prête pour quatre jours importants. Dans les villes et les villages du pays, des vaccinateurs et vaccinatrices dévoués, équipés de leurs indispensables boîtes réfrigérantes, se sont mis en route, prêts à vacciner plus de trois millions d’enfants de moins de cinq ans contre la poliomyélite.

« Nous sommes ici pour sauver les enfants de notre communauté » , déclare Tierno, tout en marchant dans les rues de Koulé, une ville de la région forestière de Guinée. « La polio est une maladie dangereuse, elle peut paralyser les enfants ou même les tuer » , poursuit-il, évoquant le pire des scénarios à éviter impérativement dans le cadre de leur travail.

Des heures sous le soleil brûlant

La Guinée n’avait pas connu de cas de polio depuis 2021, jusqu’à ce qu’un cas soit enregistré à Siguiri en juin 2023, déclenchant une intervention pour combattre le virus. Cependant, la Guinée n’est pas un terrain facile pour un tel combat : avec ses températures élevées dépassant les 30 degrés Celsius et ses innombrables villages isolés, atteindre chaque enfant avec les deux gouttes de vaccin est un véritable défi.

© UNICEF Guinée/Le Lijour
M. Tierno et son équipe marchent dans les rues de Koulé, une ville située dans la région forestière de la Guinée, pour y administrer des vaccins contre la polio

En effet, les centres de santé et les dispensaires ne disposent pas tous d’un réfrigérateur, et ceux qui en ont un peuvent se trouver à des dizaines de kilomètres des villages où vivent les enfants. Ensuite, presque toutes les routes en dehors des villes sont des chemins de terre non asphaltés, dans des conditions souvent loin d’être idéales. Par conséquent, de nombreux vaccinateurs ont recours à des motos, des vélos ou même des pirogues pour transporter les vaccins. D’autres doivent marcher.

Et pourtant, les vaccinateurs et les mobilisateurs sociaux – des membres de la communauté dont l’objectif est de sensibiliser les parents avant l’arrivée des vaccinateurs – respectent bon. “C’est un travail difficile” , avoue Fatoumata, vaccinatrice à Belzano. ” Une fois que nous atteignons un village, nous marchons pendant des heures sous un soleil brûlant. Tous ces efforts sont déployés pour s’assurer que toutes les mains des enfants soient marquées à l’encre noire, un symbole qui distingue un enfant vacciné. ‘un enfant qui ne l’est pas.”

© UNICEF Guinée/Le Lijour
Un enfant se fait marquer le doigt à l’encre noire, le marquage typique utilisé pour distinguer les enfants qui ont reçu leur vaccin contre la polio de ceux qui ne l’ont pas reçu. Guinée

Les parents nous attendent

Malgré la difficulté du travail, les vaccinateurs sont profondément touchés par la façon dont les parents les accueillent chez eux. « Parfois, nous rencontrons des parents dans la rue et ils nous demandent quand nous passons chez eux » , raconte Hawa, de Nzérékoré. “C’est parce qu’ils ont été sensibilisés et parce que nous sommes nous-mêmes membres de la communauté. Il est beaucoup plus facile d’accepter qu’un voisin vaccin son enfant plutôt qu’un inconnu”, conclut- elle.

« Nous, les adultes, nous nous souvenons de tous du nombre d’enfants paralysés à vie à cause de la polio » , raconte Kadiatou, mère de deux enfants, originaire de Samoe. ” Aujourd’hui, grâce au vaccin, on n’en voit plus beaucoup. C’est pourquoi, lorsque les vaccinateurs se présentent à ma porte, je suis heureux de les accueillir “.

© UNICEF Guinée/Le Lijour
Des enfants montrent les marques noires sur leurs doigts utilisés par les équipes de vaccination pour distinguer ceux qui ont reçu un vaccin contre la polio de ceux qui n’en ont pas reçu. Guinée

Dans la lutte contre la poliomyélite, les vaccinateurs et vaccinatrices dévoués et les parents sont les véritables héros. Avec chaque doigt marqué, la Guinée avance, pas à pas, vers un avenir où la poliomyélite sera de l’histoire ancienne.

UNICEF Guinée

Articles Similaires

L’ancien premier ministre, Dr. Bernard Goumou, de retour à Conakry

LEDJELY.COM

Assemblée de la CGEGUI : certains membres crient à l’exclusion

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : la Défense critique le schéma de la « confrontation »

LEDJELY.COM

Naby Keïta : la sanction tombe !

LEDJELY.COM

Humanitaire : Unicef accompagne un concert de Sékouba Bambino dédié aux indigents

LEDJELY.COM

Enseignement pré-universitaire : le ministère dévoile le calendrier des examens de fin d’année

LEDJELY.COM
Chargement....