GUINEE : l’opposition se remobilise contre les élections du 22 mars

Avec le répit consécutif au report par le président Alpha Condé du double scrutin initialement programmé le 1er mars 2020, l’opposition guinéenne avait quelque peu baissé la garde. Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) avec. Mais maintenant que le chef de l’Etat a sonné la fin de la trêve avec la reprogrammation des élections législatives couplées au référendum constitutionnel  à la date du 22 mars, ses adversaires, à leur tour, se préparent à monter de nouveau au front. Ainsi, ce vendredi 13 mars, en l’absence de Cellou Dalein Diallo, l’opposition politique était réunie autour de Sidya Touré, le leader de l’Union des forces républicaines (UFR) pour définir les nouvelles stratégies et actions à entreprendre conformément à la nouvelle donne. Et il en ressort surtout que l’ancien premier ministre et ses camarades de l’opposition batailleront pour empêcher la tenue du double scrutin à la nouvelle date.

A lire  NOUVEL AN: Aliou Bah délivre un message d'espoir

Au terme du conclave, c’est Sidya Touré lui-même, en porte-parole de circonstance qui en fait le compte-rendu auprès des médias. Dans un premier temps, il revient sur le fichier électoral dont il se moque des anomalies. « Sur 12 millions d’habitants, le recensement de la CENI a prévu au moins 11.500.000 d’électeurs ; hormis  les étrangers, nous avons 100% de votants en Guinée alors que la moyenne dans la sous-région est de 40%, 41,42% », dénonce avec une pointe de dérision le leader de l’UFR. Sidya qui n’est pas non plu rassuré avec l’engagement de la CENI de mettre en application les recommandations de la CEDEAO. « Sils ont enlevé 2.500.000 d’électeurs, dans le fichier central, les cartes d’électeurs ont été déjà émises, les électeurs ont été répartis dans les bureaux de vote », soulige-t-il à propos.

Mais si en dépit de tous ces problèmes identifiés au niveau du fichier électoral, Alpha Condé a fait le choix de reprogrammer les élections, c’est parce qu’en en croire le leader de l’UFR, il a en vue l’ultime objectif qu’est le troisième mandat. « Le problème d’Alpha Condé, c’est qu’il faut absolument aller au référendum avant que nous ne tombions dans les délais légaux au niveau de la CEDEAO, qui empêcheraient cela. Il y a donc une course contre la montre sur les 30 jours qui arrivent. C’est une course à la mort », détaille Sidya Touré.

A lire  BOKE : des banderoles réclament une nouvelle constitution

Et devant cette obsession de la part du président Alpha Condé, Sidya Touré se tourne vers les Guinéens qu’il appelle à un dernier assaut pour mettre en échec le projet du chef de l’Etat. « Chers compatriotes, vous avez encore 30 jours de combat pour que l’affaire du troisième mandat tombe à l’eau, il faut se lever et nous allons faire en sorte que les Guinéens se lèvent, pour qu’il n’y ait pas d’élections le 22 mars prochain », promet-t-il

La rédaction