Ledjely.com
Accueil » KANKAN/SANTÉ : une rupture de stock plane sur le centre de prise en charge des tuberculeux
A la une Actualités Haute-Guinée Santé

KANKAN/SANTÉ : une rupture de stock plane sur le centre de prise en charge des tuberculeux

Alors que la pandémie du nouveau coronavirus continue sa propagation en République de Guinée avec le nombre de nouvelles contaminations de plus en plus inquiétant, les malades d’autres pathologies non négligeables pourraient payer le lourd tribut d’un manque de prévisions raisonnables des autorités guinéennes. C’est le cas des malades de la tuberculose, car des ruptures de stocks sont déjà enregistrées dans plusieurs centres de traitement à travers le pays. A Kankan, la dotation disponible tient jusqu’à la fin de ce mois. Mais les responsables du centre craignent une rupture de stocks dans les semaines qui viennent. C’est du moins ce que rapporte le premier responsable du centre local de prise en charge des tuberculeux lors d’un entretien accordé à notre correspondant basé dans la capitale de la savane guinéenne.

Dès l’entame, Ségbé Kourouma, point focal tuberculose de la Direction préfectorale de la Santé (DPS), a parlé de la dotation disponible et du nombre de patients sous traitement antituberculeux dans ledit centre. « Nous avons six boites de RHZ 2 pour les nouveaux et 20 seulement pour les anciens. Cela peut juste aller jusqu’à la fin de ce mois, si aucun nouveau malade ne s’ajoute aux 428 malades actuellement pris en charge dans le centre. Nous avons ce stock aujourd’hui grâce à une gestion rationnelle mais aussi l’apport de certaines formations des préfectures de la région de Kankan », a-t-il expliqué.

Aujourd’hui, M. Kourouma ne cache pas son inquiétude devant l’éventualité d’une rupture totale du stock alloué au traitement de la tuberculose dans la préfecture. « Si des dispositions urgentes ne sont pas prises maintenant, le centre de prise en charge des personnes vivant avec la tuberculose de Kankan rejoindra la liste des centres déjà en rupture de stocks dans le pays, comme ceux de Conakry, et cela peut avoir des conséquences désastreuses pour les malades. Car si on commence le traitement antituberculeux et qu’on l’arrête, les malades peuvent développer les résistances. Chose qui rendra le traitement inefficace ; et si le traitement n’est pas assuré, les malades peuvent contaminés d’autres personnes. Ce qui augmentera la courbe évolutive de la pathologie en Guinée », tente-t-il d’alerter.

Selon des sources proches des autorités sanitaires contactées par Ledjely.com, l’Etat guinéen n’aurait pas déposé sa quote-part, d’où l’origine des difficultés actuelles constatées dans la chaîne d’approvisionnement de ces produits vitaux pour les malades de la tuberculose.

Michel Yaradouno, correspondant pour Ledjely.com à Kankan
Tel: 620 997 057

Articles Similaires

#NABAYAGATE : le Parquet de Conakry ouvre une enquête judiciaire

LEDJELY.COM

PRÉSUMÉS DETOURNEMENTS DE PLUS DE 200 MILLIARDS : la jeunesse du RPG/Arc-en-ciel se désolidarise du gouvernement de Kassory Fofana

LEDJELY.COM

COVID-19 : les planteurs d’anacarde ressentent l’impact de la pandémie sur leur activité

LEDJELY.COM

TENTATIVE D’ARNAQUE : il simule la mort de son fils dans un accident pour tenter d’empocher près de 4 millions de francs guinéens

LEDJELY.COM

PRESUMÉ DÉTOURNEMENT : « Il est impératif que la justice ouvre une enquête sérieuse », exige la PCUD

LEDJELY.COM

ETHIOPIE : des centaines de morts lors d’un massacre au Tigré

LEDJELY.COM
Chargement....